MENU

Le succès en financement de primes passera par la technologie

par Hubert Roy | 16 août 2016 07h00

Benoit Morin

Pour réussir dans le futur, les firmes de financement de primes devront multiplier les outils et intégrations technologiques. Elles ont déjà commencé ce travail, a pu constater le Journal de l’assurance.

Benoit Morin, président de Primaco, affirme que son entreprise a toujours cru à l’innovation technologique pour croitre. C’est pourquoi elle a sauté à pieds joints sur la signature électronique lorsqu’elle a commencé à émerger. Elle l’offre ainsi depuis plusieurs années. « Il faut toujours être à l’avant-garde. Ce fut la même chose pour les paiements préautorisés. On fait aussi beaucoup de développement à l’interne. »

Innover en technologie ne veut toutefois pas dire d’abandonner un service personnalisé, prévient M. Morin. Ainsi, un courtier qui appelle chez Primaco se fera toujours répondre par un humain. « Il n’y a pas de boite vocale ou de réception automatisée chez nous. Le courtier qui appelle se doit d’avoir une réponse rapide, en anglais ou en français. On croit à cela », dit-il.

Pour Éric Bissonnette, vice-président des ventes, région de l’Est, de Financement d’assurance FIRST du Canada, le futur du financement de primes en assurance de dommages passe par le développement de la technologie, notamment au niveau des intégrations. L’entreprise vient d’ailleurs d’en réaliser une avec Policy Works, un système de gestion de courtage (BMS) en assurance des entreprises. Les courtiers utilisant ce BMS peuvent dorénavant obtenir un plan de financement directement via leur écran de travail.

Ghislain Lévesque, directeur des ventes du Québec et des Maritimes pour Snap Financement de primes, croit qu’il y a encore de la capacité pour le marché du financement de primes de croitre au Québec. L’intégration dans les systèmes de gestion de courtage aidera grandement. Snap en a d’ailleurs réalisé une avec Policy Works, qui permet de faire une demande en un clic, sans double saisie.

Tant Snap que Financement FIRST regardent avec les autres fournisseurs de BMS pour réaliser de telles intégrations. M. Lévesque croit aussi que son secteur devra regarder pour offrir le plus de modes de paiement possible à ses clients.

Publicité
Sur le même sujet …