MENU

Les assureurs adoptent les insurtech ; certaines innovations sont au ralenti, révèle un sondage

par La rédaction | 25 septembre 2018 13h30

Près de neuf assureurs de dommages sur dix (88 %) affirment que les insurtech offrent de bonnes occasions d’affaires et qu’ils préfèrent faire appel à leurs services plutôt que de développer leur propre technologie, révèle un sondage à l’échelle mondiale mené par l’entreprise de prévention de la fraude FRISS. D’ailleurs, 11 % des assureurs considèrent acheter une insurtech afin de maintenir et de faire évoluer leur produit.

La moitié des répondants ont dit actuellement travailler sur des applications de technologie en assurance ou faire des expérimentations avec celles-ci. Près d’un assureur sur cinq (19 %) investit dans ces technologies.

« La transformation numérique offre au secteur de l’assurance la possibilité d’utiliser la technologie pour améliorer l’efficacité, la satisfaction du client et réaliser de nouvelles opportunités stratégiques. Ces opportunités pourraient créer de nouveaux services ou modèles d’affaires et améliorer l’efficacité. La numérisation ouvre également des portes pour améliorer l’expérience client », indiquent les auteurs du rapport.

La distribution en ligne semble laborieuse

Les résultats dévoilent également que le développement de la distribution en ligne semble plus lent que prévu, alors que 69 % des assureurs ont une forme de distribution en ligne. En 2016, cette proportion était de 65 %. Or, 45 % des assureurs qui n’ont pas encore ce mode de distribution disent vouloir le mettre en place dans la prochaine année.

« La transformation numérique du secteur des assurances bat son plein. Le secteur est très conscient du fait que ce processus n’est pas simplement agréable, mais qu’il est de plus en plus le moteur de l’industrie. Cependant, tous les développements ne semblent pas pénétrer le secteur tout entier et le rythme est plus lent que prévu. Les entreprises qui ouvrent la voie prennent donc une plus grande avance et les entreprises plus lentes devront faire de gros efforts pour éviter un retard technologique insurmontable », concluent les auteurs.

Publicité
Sur le même sujet …