MENU

Les assureurs directs réalisent une percée accrue en assurance des biens commerciaux

par Vicky Poitras | 12 octobre 2006 18h27

Même si le réseau de courtage domine encore largement l’assurance des biens commerciaux, il a néanmoins cédé une parcelle de terrain plus grande aux assureurs directs en 2005 comparativement à 2004.La partie de bras de fer que se livrent les deux grands réseaux de distribution d’assurances IARD au Québec a continué de pencher en faveur des assureurs directs, l’an dernier. Ceux-ci ont en effet continué leur percée en s’aventurant plus avant dans le fief du réseau de courtage : l’assurance des biens commerciaux et l’assurance responsabilité.

Le réseau des directs a ainsi réalisé une progression de 3,4% en assurance des biens commerciaux, entre 2004 et 2005. En assurance responsabilité, les directs ont connu une progression de 3,2% durant la même période.

Un recul

En conséquence, le réseau de courtage a enregistré un recul équivalent dans ces deux segments de marché, révèlent les calculs effectués par le Journal de l’assurance, à partir des données de l’Autorité des marchés financiers, au 31 décembre 2005.

Après avoir ravi des parts de marché en assurance auto et habitation, les assureurs directs réalisent ainsi l’une des plus importantes avancées dans ce qui demeure le château fort du réseau de courtage.

À l’instar de l’année précédente, Desjardins, assurances générales, Groupe Promutuel et FM Global se sont illustrés comme étant les principaux concurrents du réseau de courtiers, au cours de 2005.

Assurance commerciale

Les données de l’Autorité révèlent cependant que le réseau de courtage et ses assureurs continuent à exercer leur mainmise en assurance des biens commerciaux. Leur part de marché s’élève à 77,0%, au détriment du réseau des directs qui en contrôle 23%.

Ce même constat prévaut, à la faveur du courtage, dans le secteur de l’assurance responsabilité. Alors que sa part s’élève à 83,6%, celle des directs est de 16,4%.

La domination du réseau de courtage est particulièrement manifeste si l’on tient compte des primes combinées en assurance des biens d’entreprises et en assurance responsabilité. Ainsi, le réseau de courtage cumule 1,6 milliard (G$) en volume de primes contre 422 M$ pour les assureurs directs.

Ralentissement de la hausse

En assurance auto et habitation, les courtiers ont continué à céder aux mains des assureurs directs. Ces derniers ont poursuivi leur croissance en assurance auto, mais à un taux plus lent que celui observé durant les dernières années. Les directs ont augmenté leur part en assurance auto de 0,58% en 2005 par rapport à 2004 comparativement à 1,33% de 2003 à 2004. Ce même ralentissement de la croissance est observé en assurance habitation où ils ont augmenté leur part de 1,65% contre 1,81% entre les mêmes périodes.

Tous segments d’assurance confondus, les données de l’Autorité révèlent ainsi que les assureurs directs ont augmenté leur part de marché globale de 2,0% l’année dernière, celle du réseau de courtage reculant autant. Plus de 41,0% des primes d’assurance IARD au Québec passent désormais entre leurs mains alors que le courtage en conserve 59,0%.

Il est encore possible cette année d’affirmer que la part totale du courtage est probablement plus élevée de quelque 1%, et que celle des assureurs directs est inférieure d’autant. Cette hypothèse est fondée sur le fait que le Groupe Promutuel, qui s’affiche comme un assureur direct, traite aussi avec des courtiers. Le Groupe a maintes fois affirmé au Journal de l’assurance tirer 20% de ses affaires du réseau de courtage, ce qui hausserait de 1,3% sa part de marché.

Publicité