MENU

Les conseillers : source d’information numéro un au Canada

par Alain Thériault | 27 novembre 2015 07h00

Les conseillers sont les premiers vers qui se tournent les consommateurs canadiens lorsqu’ils recherchent de l’information sur les produits d’assurance, révèle une étude de LIMRA, intitulée Information Seeking in Canada Consumer Internet Use for Retail Insurance. Internet gagne toutefois du terrain année après année.

Parmi les 1 237 Canadiens sondés en février 2015 par LIMRA, 44 % ont répondu avoir considéré d’eux-mêmes l’achat d’un produit d’assurance ou de rente, parce qu’ils sentaient que le temps était venu de le faire. Les autres ont été influencés par un tiers, le plus souvent un conseiller (30 % des cas) ou une connaissance, famille, ami ou collègue (29 % des cas). Les membres des générations X et Y sont toutefois plus enclins à tenir compte des suggestions d’un ami, d’un parent, de leur employeur.

De plus, trois consommateurs sur quatre qui recherchaient de l’information sur ces produits se sont tournés vers un conseiller. Le sondage de LIMRA révèle aussi que 40 % consommateurs canadiens considèrent les conseillers financiers comme leur meilleure source d’information, soit la même proportion qu’en 2012. Les conseillers récoltent particulièrement cette faveur en matière d’assurance vie.

La proportion des participants qui considèrent Internet comme la meilleure source d’information est légèrement en baisse, de 27 % en 2012 à 25 % en 2015.

Si les conseillers constituent la source privilégiée d’information des consommateurs d’assurance, l’Internet gagne du terrain, révèle l’étude. Dans les 24 derniers mois, les deux tiers des consommateurs qui recherchaient de l’information sur les produits d’assurance se sont tournés vers Internet. Ils considèrent Internet comme une bonne source d’information dans 82 % des cas, et une bonne source de conseils en assurance dans 75 % des cas.

« Plus d’un membre sur deux des générations X et Y ont recherché de l’information à la fois en ligne et auprès d’un professionnel des produits et services financiers. Plus le consommateur est âgé, plus il est susceptible de parler à un professionnel, mais de ne pas s’informer en ligne », Mary M. Art, directrice de recherche en distribution et technologie.

LIMRA recommande aux assureurs de sensibiliser davantage les consommateurs à leurs produits. Ils devraient leur expliquer pourquoi ces produits peuvent être bons pour eux. « Dirigez les consommateurs vers votre site Web pour qu’ils en apprennent davantage à propos de vos produits », a ajouté Mme Art.

L’institut de recherche encourage par ailleurs les compagnies d’assurance à soutenir ses conseillers tout en peaufinant leur approche Internet. « Le recours à des sources d’information en ligne continuera probablement de s’accroitre alors que plus de membres des générations X et Y percevront le besoin pour ces produits », a ajouté la directrice de la recherche.

Assureurs et conseillers auront aussi intérêt à rejoindre les plus jeunes générations à travers les parents, suggère l’étude de LIMRA. Les banques ont compris le message puisque LIMRA cite TD Canada Trust en exemple. « TD Canada Trust a découvert que les parents sont pour les jeunes consommateurs une source influente et satisfaisante en assurance vie et aussi pour tous les autres produits financiers, a commenté Mme Art. TD Canada Trust a découvert que deux Y canadiens sur cinq considèrent leurs parents comme le conseiller financier le plus fiable. »

Publicité