MENU

Les jeunes affectionnent les soins virtuels en santé mentale

par Alain Thériault | 22 janvier 2020 09h44

Selon un sondage de RBC Assurances, l’offre de soins de santé virtuels peut améliorer la façon dont l’entreprise est perçue par ses travailleurs, surtout chez les plus jeunes à la recherche de services en santé mentale.

Le sondage, effectué en mai 2019 auprès de plus de 1 500 travailleurs canadiens, révèle que 72 % d’entre eux auraient une perception plus positive de leur employeur s’il offrait des services de soins de santé virtuels ou de télémédecine dans son programme d’assurance collective. Chez les millénariaux, cette proportion monte à 78 %.

Les services de soins virtuels en santé mentale intéressent davantage les jeunes Canadiens de 18 à 34 ans : 53 % d’entre eux disent qu’ils y auraient probablement recours pour consulter des professionnels de la santé mentale et 51 % pour obtenir des conseils en santé mentale par vidéo ou par téléphone.

Information stratégique

RBC Assurances invite les employeurs à tenir compte de ces résultats, car ce sont les jeunes travailleurs canadiens qui accordent généralement une moins bonne note à leur employeur, à leur satisfaction au travail et à leur santé mentale.

« Bien des Canadiens sur le marché du travail manquent de temps pour se rendre chez un professionnel de la santé, sans compter le délai pour voir des spécialistes comme les psychologues et les psychiatres, la disponibilité d’un professionnel de la santé et la capacité de s’absenter du travail, mentionne Julie Gaudry, directrice générale principale, assurance collective de RBC Assurances. Les jeunes travailleurs canadiens risquent davantage de se heurter à ces obstacles. En mettant en place des programmes novateurs comme les soins de santé virtuels ou la télémédecine, les employeurs peuvent atténuer ces difficultés et ainsi contribuer à améliorer la santé et le moral des employés. »

Les jeunes plus vulnérables

Les jeunes Canadiens sont plus nombreux que les plus âgés à déclarer un niveau plus faible de bienêtre et de santé mentale. Dans la tranche d’âge de 18 à 34 ans, 57 % des répondants déclarent que leur santé mentale est bonne ou excellente comparativement à 79 % chez les répondants de plus de 55 ans.

Engouement pour les applications

Le sondage révèle également que 66 % des travailleurs canadiens préfèrent une application mobile au courrier, au téléphone ou même aux services en ligne pour accéder à leurs garanties d’assurance collective et les gérer. Cette préférence est plus marquée chez les jeunes Canadiens que chez les babyboumeurs. Elle se remarque chez 77 % des répondants de 18 à 34 ans et 66 % des répondants de 35 à 54 ans, contre 48 % des répondants de 55 ans et plus.

Publicité
Sur le même sujet …