MENU

Les régimes de retraite canadiens s'adaptent à un nouvel environnement de risque

par Mathieu Carbasse | 17 novembre 2015 11h40

Les promoteurs de régimes évoluent dans leurs pratiques visant la gestion des risques afin de faire face à l’environnement volatil des placements et aux enjeux reliés au passif de leurs régimes de retraite. C’est ce que révèlent les résultats canadiens du sondage d’Aon portant sur les risques liés aux régimes de retraite le sondage

Plus de 100 promoteurs canadiens de régimes de retraite à prestations déterminées (PD), représentant plus d'un million de participants dont les actifs combinés avoisinent les 200 milliards de dollars (G$), ont participé à l'enquête. Les résultats de ce sondage indiquent que les promoteurs canadiens de régimes de retraite avancent considérablement dans la planification et la gestion du risque.

Comparativement aux résultats des sondages précédents réalisés par Aon, cette nouvelle étude suggère que les promoteurs canadiens agissent de façon plus proactive et adoptent une approche à long terme de la gestion des risques.

Un total de 93 % des répondants canadiens interrogés a déclaré avoir établi un objectif à long terme, comparativement à 87 % en 2013 et à seulement 50 % en 2009, et la moitié des répondants ont déclaré que leur plan d'action permettant d'atteindre leur objectif à long terme est « solide ».

En outre, plus d'un répondant sur trois - soit 37 % - ont identifié la stabilité des coûts comme un objectif à long terme, alors que cette proportion grimpe à 50 % pour les entreprises cotées en bourse.

Le sondage révèle également qu'une proportion importante des promoteurs de régimes met en place une stratégie de placement élargie face à la volatilité persistante des marchés boursiers et obligataires. Plus d'un tiers des répondants (35 %) ont affirmé leur intention d'augmenter l'exposition de leur régime aux placements alternatifs dans les 12 prochains mois, tandis que 27 % des répondants ont entièrement délégué la mise en œuvre de leur politique de placement à un tiers. Pendant ce temps, environ quatre répondants sur cinq (83 %) suivent maintenant régulièrement le rendement de l'actif, du passif et du niveau de financement.

Publicité
Sur le même sujet …