MENU

Les traitements couteux dominent le paysage des nouveaux médicaments, selon un rapport

par La rédaction | 21 février 2019 11h30

Photo : Rawpixel

Un rapport du Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés indique que presque tous les nouveaux médicaments entrant sur le marché ces dernières années ont été associés à des couts de traitement élevés et qu’il s’agissait de médicaments spécialisés tels que les médicaments biologiques, orphelins et anticancéreux.

Le rapport Veille des médicaments mis en marché 2017 a révélé que le nombre de nouveaux médicaments lancés au Canada correspond généralement à la moyenne de l’Organisation de coopération et de développements économiques (OCDE), mais est inférieur à celui des sept pays de comparaison du Conseil, même si la plupart d’entre eux ont des prix moyens des médicaments brevetés plus bas.

Parmi les faits saillants du rapport, les nouveaux médicaments lancés de 2009 à 2016 ont représenté près du tiers des ventes de médicaments d’origine au Canada jusqu’en 2017.

Médicaments orphelins

Les médicaments orphelins, qui traitent des maladies ou des troubles rares, représentaient 42 % des nouveaux médicaments approuvés en 2016 et 45 % en 2017. Cela représente une augmentation significative par rapport à la moyenne de 33 % de 2009 à 2014, note le CEPMB.

Les traitements contre le cancer représentent la plus grande part des nouveaux médicaments, comptant pour plus du quart de ceux approuvés en 2016 et 2017.

Le cout de la plupart des médicaments introduits en 2016 et 2017 était élevé, indique le rapport. « Les médicaments contre le cancer coutent en moyenne 13 700 $ par traitement de 28 jours ; et les couts de traitement de 31 des 37 médicaments autres que d’oncologie dépassaient 10 000 $ par an », précise le Conseil.

Un retard par rapport à l’Europe

Le rapport a également révélé que le Canada accuse un retard par rapport à l’Europe en ce qui concerne la mise à disposition de médicaments biosimilaires. Le Canada a approuvé moins de la moitié des 14 médicaments biosimilaires approuvés sur les marchés internationaux à la fin de 2017, indique le rapport. « Les prix des biosimilaires sont souvent plus élevés au Canada et leur adoption est relativement modeste », souligne le Conseil.

Le rapport est une publication annuelle qui fournit des informations sur les nouveaux médicaments entrant sur les marchés canadiens et internationaux. Il examine la disponibilité, les ventes, la consommation, la tarification et les couts de traitement des nouveaux médicaments approuvés par la US Food and Drug Administration (FDA), l’Agence européenne des médicaments et/ou Santé Canada en 2016 et 2017, et passe en revue les tendances depuis 2009. Il comprend également une analyse rétrospective unique des nouveaux biosimilaires approuvés entre 2006 et 2017.

Publicité
Sur le même sujet …