MENU

Marché sous-standard : Bouchard & Associés offre une nouvelle alternative aux courtiers

par Hubert Roy | 27 novembre 2017 13h30

Patrick Bouchard

Le cabinet de courtage en assurance de dommages Bouchard & Associés met à la disposition des courtiers du Québec son expertise en assurance sous-standard auto et habitation.

De par une entente signée avec Echelon, Bouchard & Associés peut émettre et souscrire des contrats d’assurance dans ces segments, tant du côté des particuliers que des entreprises, pour les courtiers qui ont des besoins en ce sens. Par ce lancement, Patrick Bouchard, propriétaire du cabinet, dit se positionner à mi-chemin entre ce que peut faire un grossiste et un cabinet de courtage.

« Je me positionne comme le Leclerc Assurances du marché sous-standard. Je vends à la fois de l’assurance aux courtiers, mais aussi à des consommateurs, comme Leclerc le fait en assurance des véhicules récréatifs. »

Objectif : traiter avec 60 courtiers

Près de 20 courtiers traitent avec lui de par son programme. Il vise à signer des ententes avec une soixantaine de courtiers à travers la province.

« C’est une nouvelle façon de faire dans l’industrie. Nous assurons à la fois l’autorité de souscription et la gestion du portefeuille. On fait l’analyse du cas et on donne la prime. »

Il relate d’ailleurs qu’il lui a fallu du temps pour trouver un assureur prêt à lui donner à la fois le crayon pour souscrire des risques et gérer le portefeuille qui vient avec. L’arrivée de Ron Pavelack chez Echelon en 2015 a été déterminante, a-t-il confié au Journal de l’assurance. Il a obtenu l’autorité de souscription en 2016 et vient d’obtenir la gestion du portefeuille qu’il bâtira de par son programme.

Police émise en 24 à 72 heures

M. Bouchard dit pouvoir fournir une soumission dans un délai allant d’une heure à une heure et demie, puis émettre la police dans une période de 24 à 72 heures, tout dépendant de l’achalandage. « Je positionne ce programme comme une alternative additionnelle pour les courtiers. Avoir une option de plus est mieux que de ne pas en avoir du tout ou de toujours placer au même endroit. »

Il a aussi confié être à la recherche d’un second assureur pour bonifier ce nouveau programme, sans oublier les obligations de volume qui le lie à Echelon.

Une bonne occasion d'affaires pour Echelon

Du côté d’Echelon, son vice-président principal Québec Ron Pavelack dit avoir soutenu le projet de M. Bouchard parce qu’il y voyait une occasion d’affaires. L’assureur ne cache pas ses intentions de se positionner comme un assureur du marché régulier, avec des niches en assurance aux entreprises. Même s’il recherche moins d’affaires en sous-standard, ce projet correspondait à ces critères, d’autant plus que les deux entreprises partageaient déjà une partie de ce programme au préalable.

« Nous sommes ouverts aux opportunités d’affaires. On ne recherche pas une rentabilité à court terme à tout prix. On veut bâtir quelque chose sur le long terme », a précisé M. Pavelack.

Publicité