MENU

Pourquoi Nancy Raymond met sa tête à prix

par Hubert Roy | 16 février 2021 15h02

Nancy Raymond

Nancy Raymond, présidente de Steamatic Canada, met sa tête à prix.

Mais pas pour n’importe quelle raison.

Elle le fait pour une bonne cause, soit celle des enfants malades.

Elle est l’une des 10 Audacieuses qui ont accepté de se faire raser les cheveux au profit de Leucan. Elle vise ainsi à collecter 50 000 $ au profit de cet organisme. Steamatic Canada versera aussi un montant équivalent à celui qu’aura amassé Mme Raymond, a confié celle-ci au Portail de l’assurance, en expliquant les raisons qui l’ont poussée à faire partie de cette campagne.

Réveiller de douloureux souvenirs

Car le choix de faire partie de cette campagne n’en a pas été un facile pour Mme Raymond. Elle a déjà porté les cheveux courts une fois dans sa vie, alors qu’elle a dû combattre un virus infectieux qui l’a menée aux soins intensifs il y a quelques années. Mme Raymond avait alors dû porter les cheveux courts à cette époque, ce qui fait en sorte qu’elle a associé cette coupe de cheveux à la période difficile qu’elle avait alors vécu.

« Lorsque l’on m’a approchée pour faire partie des Audacieuses, mon premier réflexe a été de dire non, pour éviter de replonger dans ces douloureux souvenirs. Porter les cheveux courts m’avait touchée dans mon orgueil et dans ma fierté… Ça me faisait replonger dans un épisode difficile… J’y ai réfléchi avec mon époux, qui m’a encouragée d’emblée à tenter l’expérience », relate-t-elle.

Car en y réfléchissant bien, Mme Raymond dit avoir pris conscience de ne pas avoir de raisons de ne pas participer à la campagne des Audacieuses de Leucan. « J’ai été choyée d’avoir regagné ma santé à 100 % et de ne pas avoir un enfant malade. Je me suis dit que si je pouvais avoir une influence à ce propos, pourquoi alors ne mettrais-je pas ma tête à prix pour une cause aussi noble que celle de Leucan », explique-t-elle.

La pandémie de COVID-19 a aussi fait en sorte que Leucan a dû retarder d’un an sa campagne des Audacieuses. L’organisme a aussi eu moins de dons au cours de cette période, dit Mme Raymond, mais des enfants ont continué à recevoir des diagnostics de maladies.

L’histoire de Jade

Mme Raymond compte aussi une cousine dans sa famille qui a une enfant ayant combattu une maladie grave. Âgée maintenant de 9 ans, la jeune Jade a été diagnostiquée d’un cancer, il y a 4 ans. Cette dernière a d’ailleurs sonné la cloche de sa rémission à l’hôpital, relate Mme Raymond.

« J’ai suivi ma cousine dans ce processus. J’ai vu son impact sur sa famille. Ma cousine a arrêté de travailler pour être à l’hôpital avec Jade. Elle était d’ailleurs en rémission au moment où je pesais le pour et le contre de participer ou pas. J’ai pris conscience que mes cheveux, ce n’est que de l’apparence. Je compte donc me réconcilier avec la Nancy aux cheveux courts, mais au-delà de cela, jamais un enfant ne devrait être atteint d’une telle maladie.

« Pourquoi aurais-je dit non à Leucan alors ? J’avais peut-être plusieurs raisons pour dire non au départ, mais il n’y en a aucune qui aurait été assez bonne pour dire non à cette cause », dit Mme Raymond, qui travaillait depuis quatre ans à se faire allonger les cheveux.

On peut soutenir la campagne de Mme Raymond en cliquant ici.

Publicité
Sur le même sujet …
close button

1 800 $

en prix à gagner !

Image conférence

Faites le plein de nouveautés !

  • Santé/mieux-être au travail
  • Pandémie et assurance collectives
M’inscrire pour voir
la rediffusion
  • Soins virtuels:
    de l'échec à l'explosion!
  • Autogestion: par
    où commencer ?
close button

Les vitrines du

1 800 $

en prix à gagner !

Image conférence

Ayez tous les outils en main pour
performer dans cette nouvelle réalité

Des leaders en assurance, santé collective et avantages sociaux.