MENU

REER : les jeunes ont le réflexe d’aller vers les sites web des banques, dit le CEFRIO

par Aurélia Morvan | 21 février 2019 13h30

Photo : Freepik

Selon l’étude NETendances 2018 du centre de recherche CEFRIO, 82 % des internautes québécois âgés de 18-34 ans ont comme premier réflexe de se tourner vers le site web de leur banque lorsqu’ils cherchent à obtenir de l’information sur les produits et services financiers. Les internautes québécois, tous âges confondus, sont 67 % à avoir ce premier réflexe.

Les 18-34 ans sont également ceux qui ont le plus tendance à se tourner en premier vers le site internet de leur banque pour faire l’acquisition de produits ou de services financiers relativement simples. Ils sont 69 % dans cette tranche d’âge à avoir ce premier réflexe, contre 54 % pour l’ensemble des internautes québécois.

Plus les Québécois sont âgés, moins ils utilisent le site de leur institution financière pour obtenir de l’information ou faire des acquisitions.



Les outils financiers en ligne utilisés par un internaute sur quatre

En 2018, 24 % des internautes québécois ont eu recours au moins une fois à un outil financier disponible sur le site web de sa banque.

Les 25-44 ans ont plutôt tendance à utiliser les simulateurs de prêt hypothécaire. Quant aux internautes de la tranche 45-54 ans, ils se tournent plutôt vers les calculateurs de retraite ou de REER.

Tous âges confondus, le simulateur de prêt hypothécaire est l’outil le plus sollicité : 12 % des internautes québécois en ont utilisé un l’an dernier. À l’inverse, 2 % des internautes ont utilisé un simulateur d’épargne-étude.



Placements financiers : peu d’achats en ligne

Si les Québécois se servent des sites web des banques pour s’informer et faire des simulations, ils sont peu à sauter le pas des placements financiers en ligne.

En 2018, 16 % des internautes québécois ont fait des placements financiers en ligne par le biais de fonds de placement, d’épargne à terme, de certificats de placement garanti, de REER ou de CELI.

Ils sont 9 % à avoir acheté ou vendu des actions en ligne et 2 % à avoir ouvert un compte de courtage en ligne.

Publicité
Sur le même sujet …