MENU

Trois mutuelles fusionnent pour former Promutuel Assurance Centre-Sud

par Hubert Roy | 01 août 2016 13h29

Photo : Freepik

Une première version de cet article a été publiée le 25 juillet dernier dans FlashFinance.ca, l’hebdomadaire du Journal de l’assurance.

 

En 2006, un rapport de la firme comptable Ernst & Young, maintenant EY, recommandait à l’assureur de réduire son nombre de mutuelles. Depuis, plusieurs d’entre elles ont fusionné, au point que la plus petite des mutuelles constituant Promutuel compte sur un volume de primes de 14 millions de dollars (M$).

Cette fois-ci, ce sont Promutuel Assurance Coaticook-Sherbrooke, Promutuel Assurance Drummond et Promutuel Assurance Monts et Rives qui fusionnent pour former Promutuel Assurance Centre-Sud. Guylaine Romanesky en sera la directrice générale. Elle assumait cette fonction chez Promutuel Assurance Drummond.

La nouvelle entité aura un volume de primes d’environ 48 M$, la plaçant aux environs de la cinquième position en termes de taille chez Promutuel, alors que deux autres mutuelles sont aussi aux alentours de ce chiffre. Son actif sera de 79 M$. La nouvelle entité tirera 23 % de son volume de primes du courtage.

Assurer la pérennité des 3 organisations

Pourquoi procéder à cette fusion ? Pour assurer la pérennité de ces organisations, a confié Mme Romanesky. « Nous sommes dotés d’une excellente capitalisation. Je la qualifierais même de merveilleuse ! Nous aurons un pouvoir de déploiement plus accru dans le marché en nous regroupant, tout en y occupant une meilleure position. Ça donnera aussi plus d’avantages à nos membres », dit-elle.

Les assemblées extraordinaires pour autoriser cette fusion ont eu lieu. Dans les trois cas, la fusion a été adoptée à l’unanimité. Il ne manque plus que le sceau du ministère des Finances du Québec pour aller de l’avant. Le tout sera obtenu d’ici le 1er septembre.

104 personnes au sein de 7 succursales

Promutuel Assurance Centre-Sud emploiera 104 personnes au sein de 7 succursales. Ce chiffre est appelé à augmenter, dit Mme Romanesky. Généralement, ce genre de transactions entraine la suppression de postes. Or, la pénurie de main-d’œuvre en assurance de dommages fait en sorte que la mutuelle est en mode embauche. Elle est même à la recherche de deux cadres au sein de son organisation.

Publicité
Sur le même sujet …