MENU

Un tremblement de terre à Vancouver pourrait couter jusqu’à 40 G$

par Mathieu Carbasse | 12 février 2015 12h55

Dans le rapport intitulé Small quakes, big impact : lessons learned from Christchurch, le réassureur Swiss Re imagine les conséquences qu’un tremblement de terre pourrait avoir pour la capitale de la Colombie-Britannique. La perte pour les assureurs pourrait atteindre 20 G$.

photo_web_750Un petit tremblement de terre survenant dans une ville qui n’est pas considérée comme une zone à risque peut-il entrainer une des plus grandes pertes jamais enregistrée par les assureurs ? La réponse est « oui », parce que c’est exactement ce qui est arrivé quand une réplique de magnitude 6,3 a frappé Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 22 février 2011, entrainant d’importantes -et inattendues- pertes pour les assurances exposées.

D’où l’importance de mettre en place des plans d'intervention d'urgence et de préparation aux tremblements de terre efficaces. À Christchurch, les effectifs étaient trop légers pour traiter le grand nombre des réclamations et la formation des experts en sinistres insuffisante pour faire face à un tel événement.

Dans le rapport intitulé Small quakes, big impact : lessons learned from Christchurch, le réassureur Swiss Re a imaginé 4 scénarios dans 4 villes différentes : Vancouver, Tianjin, Jakarta et Singapour.

Des pertes de 40 G$

Vancouver a été choisie car elle est située hors de la région Asie-Pacifique. De plus, la vile n'a pas connu de tremblement de terre majeur dans l'histoire récente. Elle est toutefois située à proximité de la zone de subduction dite de Cascadia, qui longe la côte est du continent nord-américain à environ 75 km au large de l'île de Vancouver et à 300 km du centre-ville de.

Comparé à Christchurch, la densité de la population et la valeur économique par mètre carré sont significativement plus élevées à Vancouver, en particulier dans le centre-ville. Aussi, si un tremblement de terre de magnitude 6,3 frappait Vancouver, cela entraînerait des pertes économiques beaucoup plus importantes, estimées à 40 milliards de dollars (G$) selon l’estimation de Swiss Re.

Dans le cas où un tremblement de terre frappait la zone de subduction de Cascadia, la perte économique totale serait estimée à 75 G$ avec une perte de 20 G$ pour les assureurs. Cette estimation est plus élevée car une telle catastrophe créerait des dommages plus étendus dans la grande région de Vancouver et inclurait également Victoria.

Fermeture de tous les ponts

À Vancouver, l'impact sur l'économie serait probablement substantiel car il serait accentué par le fait que de nombreux ponts traversant le fleuve Fraser favorisent les échanges. La plupart de ces derniers seraient probablement fermés pour une longue période après le tremblement de terre.

De plus, même si le taux de participation des assurances serait plus faible à Vancouver qu’à Christchurch, les pertes pour les assureurs seraient du même ordre. Comme à Christchurch, les polices résidentielles sont émises sur la base d’une pleine valeur de remplacement et ne sont pas souvent plafonnées, de quoi favoriser les réclamations couteuses. Par conséquent, des retards et des complications dans le processus de règlement des réclamations risqueraient également de se produire.

Publicité