MENU

Une croissance qui devient une tendance lourde

par Alain Thériault | 25 août 2015 14h00

L’étude intitulée Le secteur québécois des fonds communs de placement, Analyse de l’empreinte économique de l’Institut du Québec témoigne de l’importance économique de ce secteur au Québec, a souligné Claude Paquin, président du conseil des gouverneurs du CFIQ. « Selon les prévisions de ce rapport, le secteur va continuer de croitre à un rythme plus élevé que l’ensemble de l’économie du Québec », ajoute-t-il.

paquin_claude_article

M. Paquin a affirmé que cette « croissance sans précédent des fonds communs de placement au Québec est le résultat d’une évolution du secteur de l’épargne-retraite dans la province, où les particuliers sont de plus en plus responsables de leur propre épargne-retraite ».

En entrevue avec le Journal de l’assurance, le président du CFIQ a ajouté que Québec semble combler un certain retard. « Traditionnellement, on disait les Québécois beaucoup plus conservateurs en termes d’épargne, alors qu’ils dirigeaient par exemple leurs épargnes vers les certificats de placement garanti. »

Il estime aussi que la population vieillit plus rapidement au Québec que dans les autres provinces, ce qui renforce le rôle des fonds communs de placement en tant que solutions d’épargne-retraite. « Nous constatons une effervescence des fonds communs entrainée entre autres par une population québécoise qui entre plus rapidement en mode épargne. En moyenne, les Québécois sont plus âgés de deux ans par rapport à la population du reste du pays », dit-il.

Les résultats obtenus par les chercheurs de l’Institut du Québec sont aussi le reflet du fait que la responsabilité du financement de la retraite incombe de plus en plus aux consommateurs, croit M. Paquin. Les fonds communs deviennent ainsi un véhicule privilégié pour eux, dit-il.

Selon le Conseil des fonds d’investissement du Québec (CFIQ), 765 000 ménages québécois détenaient des actifs en fonds communs en 2010. Il s’agit d’une proportion de 24% des ménages, alors que la moyenne canadienne atteint 34,4%. Le CFIQ n’a pas à ce jour sollicité de données plus récentes de son fournisseur, le sondeur Ipsos Reid.

Le sondage de 2010 révèlent en outre que 79 % de l’actif détenu par les ménages québécois au sein des fonds communs le sont dans des véhicules enregistrés. Toujours au Québec, les fonds communs constituent 38 % des véhicules d’investissement enregistrés.

Publicité
Sur le même sujet …