MENU

Une meilleure économie ne résoudra pas le problème de rentabilité en IARD, dit Swiss Re

par La rédaction | 11 septembre 2018 13h30

Photo : Freepik

Bien que les taux d’intérêt plus hauts et les meilleures conditions économiques amélioreront la rentabilité des assureurs, l’écart ne sera pas totalement refermé, affirme Swiss Re dans une récente étude sigma.

En effet, le réassureur prévoit que le resserrement du marché du travail poussera à la hausse les salaires et les réclamations. Le rapport constate que les primes devront augmenter davantage que les réclamations pour que les assureurs obtiennent une amélioration durable de leur rentabilité.

La rentabilité demande une hausse « substantielle » des primes

Swiss Re avance qu’une hausse substantielle des primes est nécessaire pour rétablir la rentabilité en assurance de dommages. « Le rapport indique qu’un plus grand travail doit être fait pour améliorer la performance de souscription si les assureurs veulent remédier aux déficits de rentabilité actuels. »

Le réassureur évalue que les marges en souscription devront s’améliorer de 5 à 9 points de pourcentage dans les marchés occidentaux et au Japon pour que les actionnaires puissent obtenir un retour sur les capitaux propres de 10 %.

Les catastrophes de 2017 offrent une inflexion

Selon le rapport, la saison 2017 de catastrophes a offert une inflexion pour les assureurs, qui ont l’occasion d’augmenter les taux afin de corriger les prix. Déjà, les taux en assurance aux entreprises ont commencé à croitre à la fin de 2017.

« Les pertes liées aux catastrophes survenues en 2017 ont provoqué un léger changement de la dynamique du marché, explique Edouard Schmid, directeur de la souscription du groupe Swiss Re. Cependant, il reste à voir à quel point le marché est fort et durable. Les hausses de taux pour les segments en assurance aux entreprises non touchés par les sinistres, par exemple, ont été inférieures aux attentes initiales. »

Dans le secteur de l’assurance aux particuliers, il y a eu un durcissement de taux modéré sur plusieurs marchés clés depuis quelques années, ajoute M. Schmid.

Publicité
Sur le même sujet …