MENU

Véhicules récréatifs : la récession nuit à la croissance des ventes d’assurance

par Vicky Poitras | 19 février 2010 17h14

La récession a eu un impact mitigé sur la vente de polices d'assurance de véhicules récréatifs. Aucun des assureurs et courtiers contactés par le Journal de l'assurance n'observe de mouvements spectaculaires à la hausse ou à la baisse2010 devrait donc être une autre année de stabilité sans croissance, comme cela a été le cas en 2009. C'est du moins ce que laisse présager la saison des renouvellements des véhicules récréatifs d'été qui approche à grands pas.

Daniel Babineau, directeur des ventes, des opérations et du développement du cabinet de courtage J.A. Lemieux et fils, affirme que la récession a eu un impact sur la vente de véhicules récréatifs. Ainsi, elle a un impact sur la vente de polices d'assurance pour ce type d'engins.

« Il y a beaucoup de gens qui n'ont pas immatriculé leur véhicule au cours de la dernière année. Il y a aussi beaucoup de véhicules à vendre », souligne-t-il.

Il affirme toutefois que le marché des véhicules de haute valeur est resté stable. « Par exemple, en moto, pour les Harley, nous n'avons pas vu de différence. Toutefois, pour les modèles japonais, il y en a eu une », dit-il.

Les effets de la récession ne sont pas terminés, dit M. Babineau. « 2010 va ressembler beaucoup à 2009. En nouvelles affaires, nous avons observé une baisse de 15 à 20 % des ventes de polices. Nous croyons aussi que nous avons eu une bonne baisse en renouvellement, mais c'est plus dur à évaluer, étant donné que le taux de rétention dans ce segment se situe toujours entre 70 % et 75 % », explique-t-il.

Guy Lacroix, vice-président de Marine Expert, qui se spécialise en assurance nautique, dit que la récession n'a pas eu d'impact dans ce segment. « Nous avons connu une hausse du nombre d'assurés en 2009 par rapport à 2008. Par contre, on a vu qu'il y avait bien des gens qui n'ont pas acheté leur couverture habituelle. En plus, on n'a pas eu un bel été », dit-il.

Richard Leclerc, de Leclerc Assurances, dit aussi que l'impact de la récession a été mitigé. Le cabinet de courtage a enregistré une croissance de 2 % pour son nombre de polices en vigueur. « Ce qu'on a observé, c'est que les familles veulent maintenant faire du camping et se dirigent vers des véhicules plus petits, comme des roulottes hybrides », dit-il.

Variations importantes

Lucie Fréchette, directrice générale, développement des affaires pour l'est du Canada chez Aviva Canada, note que la récession n'a pas eu le même impact selon les segments d'affaires. Elle ajoute qu'il y a eu des variations importantes d'un segment à l'autre.

En assurance nautique, chez Aviva, il n'y a pas eu de baisses marquées pour les gros bateaux de luxe et les petits bateaux de pêche avec une coque en aluminium. Pour les bateaux de 16 à 28 pieds, la situation a été différente.

« Les gens n'ont pas été en mesure de se les payer. Nous avons aussi vu que les gens se promenaient moins avec leurs bateaux. Ils partaient moins longtemps et jetaient l'ancre près des plages », souligne Mme Fréchette.

D'autres facteurs ont aussi eu un impact en assurance nautique, dit la directrice générale d'Aviva. « On sait que les ventes de gros bateaux ont diminué de 40 % de 2008 à 2009. On sait aussi que les manufacturiers ont réduit leur production du tiers au cours de la dernière année. Il y a beaucoup de bateaux usagés en vente. De plus, avec le dollar canadien fort, les Canadiens peuvent plus facilement aller acheter un bateau usagé aux États-Unis », dit-elle.

En assurance moto, Aviva a enregistré une baisse des nouvelles affaires de 20 %. La rétention est demeurée stable. On anticipe une nouvelle baisse en 2010 compte tenu de la hausse des couts d'immatriculation », dit-elle.

Du côté des caravanes, il y a eu aussi moins de nouvelles affaires. « Ce fut moins marqué au Québec que dans le reste du Canada. Les ventes de petites unités ont augmenté. Au lieu d'acheter de grosses caravanes, les gens ont choisi de plus petits modèles. Toutefois, avec le nombre de baby-boumeurs dans la population, on s'attend à ce que ça remonte en 2010. De plus, du fait que nous avons un dollar fort et que la majorité des fabricants sont américains, ça aide les ventes ici », mentionne Mme Fréchette.

Pour le segment des motorisés, la situation a été différente. Les nouvelles affaires ont augmenté de 20 % chez Aviva. « Les gens en ont toutefois acheté de plus petits. Ça reste stable et ça ne nuit pas à la rétention. Pour les remorques, autant les nouvelles affaires que la rétention sont stables, tout comme pour les maisons mobiles », dit la directrice générale d'Aviva.

Du côté des VTT, les ventes ont baissé de 8 % au Québec. « Il y a moins de membres de fédérations qui circulent dans les sentiers. La baisse y est de 10 %. C'est mieux qu'au Canada, où la baisse des ventes est de 40 % », spécifie-t-elle.

Déplacement des ventes

De son côté, Danièle Boulé, directrice régionale de Pafco au Québec, dit avoir constaté qu'il y avait eu un déplacement des ventes. « Il y a eu une diminution des ventes de moto sport, vu la hausse des couts d'immatriculation. Toutefois, les boumeurs ont pris la place des jeunes. Les boumeurs réalisent leur rêve de jeunesse en s'achetant un Harley Davidson. Il ne s'agit pas uniquement d'un déplacement des ventes, mais aussi d'un déplacement de clientèle. C'est une bonne nouvelle, car les boumeurs sont une clientèle plus fortunée », dit-elle.

Pour les ventes d'assurance, elle dit ne pas avoir vu une grosse différence. « On voit toutefois qu'il y a plus d'assureurs qui sont intéressés à entrer dans ce marché, dont des directs. On s'attend donc à ce que ça soit plus dur. En 2009, nous avons perdu un peu de marché, mais ce n'est pas dû à la récession. Pour 2010, on s'attend à la même tendance », souligne-t-elle.

Yves Fortin, vice-président, assurance des particuliers, chez AXA Assurances, dit voir la récession de deux façons. Il souligne d'abord qu'elle a eu un impact sur le développement des affaires, car les concessionnaires de véhicules récréatifs ont vendu moins d'unités. Toutefois, c'est plus sur l'augmentation des couts d'essence que la récession a eu un impact. « Les véhicules récréatifs sont énergivores. La récession a eu un effet, car on parle de loisir. Les gens ont donc payé leurs dépenses courantes avant d'utiliser leur véhicule récréatif », dit-il.

Pour sa part, Lucie Constantineau, directrice nationale, assurance des particuliers et véhicules récréatifs chez Jevco, la récession n'a eu aucun impact. « On souhaite que ça se poursuive en 2010. On a vu certains concessionnaires dire qu'ils avaient réalisé moins de ventes, mais ça n'a pas paru dans notre flotte. Les gens ont vendu leurs véhicules entre eux », dit-elle.

Finalement, à La Capitale assurances générales, on estime que la récession a fait baisser les ventes de véhicules récréatifs de 25 % en 2009 chez les concessionnaires. L'assureur dit toutefois ne pas avoir enregistré de baisse des ventes de polices. « Ce que la récession a engendré, c'est que les gens ont été moins portés à changer leur véhicule récréatif usagé pour un neuf, d'où la baisse des ventes de véhicules. Plusieurs ont gardé leur véhicule usagé, qui doit être assuré », dit Audrey Bouchard, conseillère en relations publiques à La Capitale.

Publicité