MENU

Les Canadiens risquent d’épuiser leur capital de retraite, selon une étude

par Alain Thériault | 25 novembre 2019 14h00

Photo: Photo: Freepik

Sun Life vient de publier les résultats d’un sondage selon lequel 47 % des travailleurs canadiens craignent d’épuiser leur épargne-retraite de leur vivant.

Réalisé par Ipsos-Reid, le sondage, intitulé Baromètre Sun Life 2019, parle d’une réalité dans laquelle la retraite est plus modeste que prévu, réduisant plusieurs retraités à compter leurs sous plutôt que d’en profiter. Ainsi, 23 % des retraités canadiens affirment avoir un mode de vie modeste, et 72 % des retraités estiment que la retraite n’est pas comme ils l’avaient imaginée, alors qu’ils suivent un budget serré et n’achètent que l’essentiel.

Le sondage a été réalisé entre le 28 mars et le 3 avril 2019. L’échantillon de 2 901 Canadiens a été tiré d’un sous-échantillon de 2 151 travailleurs canadiens âgés de 20 à 64 ans et de 750 retraités canadiens âgés de 55 à 80 ans.

Manquer d’argent

Dans le cadre du sondage de Sun Life, près de 60 % des retraités qui affirment avoir un style de vie économe disent craindre d’avoir épuisé leurs ressources de leur vivant (43 % au Québec).

Parmi les répondants de plus de 66 ans qui travaillaient et qui décrivaient leur mode de vie comme modeste, 65 % affirmaient devoir travailler plutôt que vouloir travailler. Seulement 14 % d’entre elles disaient avoir un plan financier avant la retraite. Plusieurs qui ne sont pas déjà à la retraite voient venir le coup : 44 % prévoient travailler à temps plein à 66 ans.

Mauvaise préparation

Sun Life insiste sur l’importance de rencontrer un conseiller pour mieux se préparer à la retraite. Son baromètre révèle d’ailleurs que 75 % des Canadiens n’ont pas de plan financier. « Nous avons une perspective unique sur la façon dont les Canadiens perçoivent l’épargne pour leurs vieux jours. La plupart d’entre nous trouvent ardu de gérer l’argent au quotidien. Dans ce contexte, il est difficile de penser à planifier et à épargner pour l’avenir », explique Jacques Goulet, président de Sun Life Canada.

M. Goulet estime que rencontrer un conseiller et lui parler de ses objectifs sera un excellent début de préparation à la retraite. Selon lui, il n’est jamais trop tôt pour commencer à penser à la retraite, et à s’assurer une tranquillité d’esprit. En matière de planification et d’épargne, agir et obtenir des conseils d’expert est profitable pour tout le monde, peu importe l’âge ou le revenu.

La valeur des conseils

Le Baromètre recommande de reconnaitre la valeur des conseils. « Avec une planification globale, un conseiller peut apprendre à vous connaitre et à cibler vos besoins uniques. Des conseils personnalisés vous aideront à gérer vos finances et à épargner pour l’avenir. »

Il conseille aussi de profiter de l’argent que donne l’employeur : « Chaque année, les Canadiens perdent des milliards de dollars d’épargne-retraite potentielle en ne profitant pas au maximum de la cotisation complémentaire de leur employeur. »

Meilleure santé mentale

PDG de Sun Life au Québec, Robert Dumas croit qu’une meilleure planification aura un effet bénéfique sur la santé mentale des épargnants. « Santé physique et mentale sont intimement liées au bienêtre financier. C’est pourquoi Sun Life a conçu pour les employeurs des outils novateurs qui permettent aux employés d’améliorer la planification de leur retraite et contribuent à leur mieux-être. L’investissement tout au long de sa vie active a un énorme potentiel à long terme », a-t-il déclaré.

M. Dumas invite les Canadiens à profitent au maximum des régimes de retraite à cotisations déterminées, des REER et des CELI, entre autres.

Publicité
Sur le même sujet …