MENU

Apprentissage d’une langue seconde à Québec : pourquoi iA y tient

FLASHFINANCE | PRIVILÈGE DE VOTRE NIVEAU PRO
par Hubert Roy | 03 mai 2019 13h30

Les boursiers du Cégep de Sainte-Foy en compagnie de M. Denis Ricard, président et chef de la direction de iA Groupe financier | Photo : Frédérique Maranda

Par le versement de nouvelles bourses permettant à 53 étudiants de faire un voyage pour apprendre une langue seconde, iA Groupe financier compte doter la Ville de Québec de plus d’employés parlant deux langues.

Car la question de parler couramment deux langues demeure un enjeu dans le recrutement de la main-d’œuvre en services financiers à Québec, a confié Jean-François Boulet, vice-président principal - expérience clients et employés chez iA Groupe financier, mais aussi l’un des fondateurs de Puissance 11.

Jean-François Boulet

« C’est encore quelque chose qui n’est pas ancré dans la culture à Québec, a dit M. Boulet en entrevue au Journal de l’assurance. Pourtant, l’économie de la région s’est diversifiée ! Ce n’est plus juste la fonction publique l’employeur principal. Les services financiers et la technologie y sont maintenant en force. »

Former des travailleurs bilingues était d’ailleurs l’une des deux raisons qui nous avaient poussées à créer Puissance 11, rappelle M. Boulet. « Nous voulions regrouper les assureurs établis à Québec pour nous aider dans nos expansions hors Québec. C’est pourquoi on a travaillé avec les cégeps et les universités à Québec pour qu’elles donnent des cours en anglais propres aux services financiers. C’est aussi pourquoi nous y avons amené les formations de LOMA à Québec. »

M. Boulet relate d’ailleurs qu’un étudiant en stage chez iA qui aspire à y faire carrière doit le faire à Vancouver. « On le plonge dans l’anglais ! On veut qu’il soit bilingue pour être fonctionnel à travailler dans cette langue et qu’il soit apte à tenir une conversation avec un client. »

Destination Hawaï, San Diego, Malte et Mexico !

Les 53 boursiers d’iA n’iront pas uniquement dans des contrées anglophones. Certains iront aussi apprendre les rudiments de l’espagnol.

Les bourses offertes par iA totalisent un investissement de 110 000 $. iA investie de la sorte pour une dixième année consécutive. Par le biais de sa fondation, l’assureur y a investi au total plus de 800 000 $.

Les boursiers du Cégep Limoilou en compagnie de M. Denis Ricard, président et chef de la direction de iA Groupe financier | Photo : Frédérique Maranda

 

Les boursiers du Cégep Garneau en compagnie de M. Denis Ricard, président et chef de la direction de iA Groupe financier | Photo : Frédérique Maranda

 

Publicité
Sur le même sujet …