MENU

Catastrophes naturelles : bilan mitigé en novembre

par Frédérique De Simone | 15 décembre 2020 12h36

Le nombre d’événements climatiques dommageables s’est réduit au cours du mois novembre, selon ce qu’a répertorié Aon dans son bilan mensuel des catastrophes naturelles. Toutefois, quelques records ont été battus.

En Asie, le « super typhon » Goni est devenu la tempête enregistrée la plus forte de l’histoire. À son apogée, Goni a atteint des vents soutenus moyens d’une minute à 315 km/h, ce qui équivaut à une tempête de catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson.

Il a touché terre près de la ville de Bato, dans la province de Caténanes aux Philippines, le 1er novembre. Environ 250 000 maisons et des milliers d’autres structures ont été endommagées ou détruites. Une vaste superficie de terres agricoles a également été touchée. Les pertes économiques pour l’agriculture et les infrastructures à elles seules ont été estimées à 415 millions de dollars américains (M$ US). Aon s’attend à ce que le bilan économique global approche le milliard de dollars américains. Des dommages supplémentaires ont été signalés au Vietnam.

Alors que la température minimale la plus chaude jamais enregistrée au cours du mois de novembre a été atteinte à Sydney, en Australie le 29 novembre. La température est descendue à 25,3° au cours de la nuit, mais à 4h30 du matin elle était déjà remontée à 30° et a vite atteint les 40° au fil de la journée. Les normales de saison oscillent plutôt entre 11° et 23°.

Tempêtes et cyclones chez Oncle Sam

Aux États-Unis, le nombre de tempêtes nommées à avoir touché terre aux lors de la saison des ouragans de l’Atlantique a atteint un sommet avec douze. Le précédent record datait de 1916, alors que neuf ouragans avaient été touhcé terre.

La saison des ouragans de l’Atlantique a elle aussi battu des records. La saison 2020 a enregistré un total de 30 tempêtes nommées et 13 ouragans, dont six majeurs, soit de catégorie 3 ou plus. C’est la deuxième saison à vie à utiliser le système de dénomination de l’alphabet grec, révèle la firme de données climatiques AccuWeather. Le précédent record date de 2005, année où Katrina et Rita avaient causé de lourds dommages.

En novembre, l’ouragan Eta a d’abord frappé l’Amérique centrale avant de poursuivre sa course et vers la Floride. Il y a atterri deux fois plutôt qu’une sous forme tempête tropicale.

La première fois, l’ouragan a visité le centre de la Floride, le 8 novembre et la seconde, le 12 novembre, le long de la côte ouest et le centre de la Floride à nouveau. La tempête a provoqué de fortes pluies et des crues soudaines, des ondes de tempête et des rafales de force tropicale dans tout l’État. Les pertes économiques totales ont été estimées à 1,1 milliard de dollars américains (G$ US). Les assureurs publics et privés ont couvert environ la moitié de la perte économique.

De violents orages ont touché les Grands Lacs le 10 novembre, notamment l’Illinois et le Wisconsin. Les tempêtes ont produit des vents violents, de la grêle et au moins huit tornades dans l’Illinois. Lors de leur rencontre avec Eta, d’importantes précipitations ont causé des inondations soudaines en Caroline du Nord, en Virginie et dans le Maryland. Les pertes économiques totales ont été estimées à 350 $ US. La moitié devrait être couverte par l’assurance.

Les vents ont aussi causé d’importants dommages dans le Midwest et le nord-est des États-Unis entre le 15 et 16 novembre. Les impacts les plus importants se sont produits dans certaines parties du Michigan, de l’Ohio, de la Pennsylvanie, du Maryland, de New York, du New Jersey et du Connecticut. Les vents soufflant à 110 km/h ont renversé des arbres et des lignes électriques sur des propriétés résidentielles et commerciales. Les pertes économiques totales ont été estimées à 575 M$ US. Les trois quarts devraient être couverts par l’assurance.

De l’autre côté de la frontière, au Canada, des vents allant à 100 km/h ont touché certaines parties du sud et du centre de l’Ontario, le 15 et le 16 novembre. Des dommages matériels et des inondations aux abords du lac Érié et le long de ses rives nord ont été observés. Les pertes économiques et assurées totales sont estimées à des dizaines de millions de dollars américains chacune par Aon.

Inondations et tempêtes en Espagne

Des pluies intenses sont tombées sur la région de la Communauté valencienne dans l’est de l’Espagne, les 5 et 6 novembre. Elles sont à l’origine d’inondations importantes. Les régions les plus touchées étaient les régions de Ribera Alta et Ribera Baixa. L’Association valencienne des agriculteurs (AVA) a estimé les pertes agricoles à 73 M$ US, mais devrait continuer de croitre. D’autres dommages ont été constatés aux infrastructures ferroviaires et routières. Le Consortium espagnol de l’assurance s’attend à environ 12 000 réclamations et pertes immobilières à près de 100 M$ US.

Les temps violents ont causé d’autres dommages en Espagne, les 26 et 27 novembre. La grêle, le vent et les inondations ont causé davantage de dégâts dans la communauté valencienne et en Andalousie. À eux seuls, les agriculteurs valenciens s’attendaient à des pertes de plus de 42 M$ US.

En Italie, des crues soudaines et des coulées de débris ont touché plusieurs régions de l’île de Sardaigne, les 27 et 28 novembre, à la suite de précipitations particulièrement intenses. L’eau a monté jusqu’à 36,5 cm. La communauté de Bitti, dans la province de Nuoro, a été submergée par un torrent de boue et de débris, tuant trois habitants. Les pertes totales devraient atteindre des dizaines de millions d’euros.

Des dommages couteux en Asie

Le typhon Vamco a pour sa part traversé les Philippines les 11 et 12 novembre, avant de frapper le Vietnam le 15 novembre. Au moins 200 000 maisons ont été endommagées ou détruites. La plupart des dégâts aux Philippines étaient dus à d’importantes inondations, y compris dans la grande région métropolitaine de Manille. Les pertes économiques totales ont été estimées à 1 G$ US qu’aux Philippines, dont environ 415 M$ US pour l’agriculture et les infrastructures.

À la mi-novembre, un cyclone extratropical a apporté de fortes chutes de neige, de la pluie et des températures glaciales dans certaines parties du nord de la Chine, les 17 et 19 novembre, notamment en Mongolie, au Jilin et au Shaanxi. Des quantités « extrêmes » de pluie verglaçante ont touché le Krai Primorsky du district fédéral d’Extrême-Orient en Russie. Au moins 180 000 personnes vivant dans 73 établissements ont été privées d’électricité et plus de 250 000 habitants ont été laissés sans chauffage dans des conditions glaciales. Les pertes économiques totales en Chine et en Russie ont été estimées à 120 M$ US.

Publicité
Sur le même sujet …
AON