MENU

Co-operators protège de nouvelles provinces et territoires contre les inondations

par Andrea Lubeck | 28 août 2018 09h45

Photo : Freepik

Les habitants du Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve-et-Labrador, de l’Île-du-Prince-Edouard, de la Saskatchewan, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest peuvent désormais être protégés contre les inondations terrestres et les ondes de tempêtes par Co-operators.

Leur produit d’assurance Eau multirisque est disponible pour les propriétaires de ces provinces et territoires contre les ondes de tempête, les débordements de lacs, de rivières et de ruisseaux, de même que les refoulements d’égouts ou de fosse septique.

Un risque variable

À priori, il peut sembler peu probable qu’une inondation survienne en Saskatchewan. Or, Rob Wesseling, président et chef de la direction de Co-operators, a indiqué au Journal de l’assurance que l’assureur utilise un modèle d’évaluation des risques qui tire les données de plusieurs sources, dont celles gouvernementales, afin de prédire quelles zones sont les plus à risque.

« En ce qui concerne les zones les plus à risque, elles couvrent l'ensemble du pays. Avec des conditions météorologiques extrêmes à la hausse, de graves inondations peuvent se produire n'importe où, et nous l’avons constaté dans des communautés qui ne le connaissent généralement pas », ajoute M. Wesseling.

Risques plus élevés près des lacs et rivières

L’assureur précise que les régions côtières sont particulièrement à risque de subir des ondes de tempêtes, comprenant les hausses du niveau de l’eau et les vagues causées par les tempêtes. « Cependant, en raison de l’intensification des conditions météorologiques extrêmes, les risques d’ondes de tempête ont augmenté, à l’échelle du Canada, près des lacs et des rivières », ajoute Co-operators.

« Le risque d'inondation varie énormément dans chacune de ces provinces. Par exemple, la Saskatchewan compte de nombreuses rivières qui traversent la province, ce qui entraîne un risque d'inondation par voie de terre. Il est important de noter que de nombreux facteurs entrent en ligne de compte dans l’évaluation des risques, et qu’il peut varier d’un voisin à l’autre », précise M. Wesseling.

La protection contre les ondes de tempêtes et inondations terrestres était déjà offerte en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse depuis mai dernier et en Alberta depuis 2015.

Publicité
Sur le même sujet …