MENU

Compu-Quote passe dans le giron d’Applied Systems

par La rédaction | 20 juin 2012 16h00

Passer dans le giron d’Applied Systems ne changera strictement rien aux opérations de Compu-Quote, dit son vice-président, ventes et développement des affaires, Philippe Joassin.

« On veut demeurer le leader de l’industrie en tarification. On veut aider les courtiers à croitre. L’équipe de gestion de Compu-Quote reste en place, tout comme les employés. C’est « business as usual » pour nous. Les gens d’Applied ont de beaux projets pour nous et on a déjà une belle synergie avec eux. On ne voit que du positif dans la transaction », dit-il.

M. Joassin dit que la réaction du courtage est positive. « Tout le monde voulait savoir si nos équipes resteraient en place chez Compu-Quote. On les a rassurés à cet effet. C’est d’ailleurs la clé de la transaction. Ça va nous permettre de croitre des deux côtés. On conserve aussi notre force de frappe au niveau des ventes avec nos 14 vendeurs et on offrira d’autres solutions dans le futur », dit-il.

Le développement de services va aussi se poursuivre, dit M. Joassin. Compu-Quote a d’ailleurs lancé le module de tarification Web EZleads+. Avec ce module, l’entreprise veut faire passer les cabinets de courtage à l’ère de la vente sur Internet. Au Québec, près de 70 courtiers ont adopté cette solution. C’est d’ailleurs cet outil qui permet aux sites rabaisassurance.ca et Merlin Assurance de recevoir des soumissions.

M. Joassin note que ce ne sont pas tous les courtiers qui ont du succès sur le Web. « Néanmoins, plusieurs me confient qu’ils sont contents d’offrir ce service à leurs clients, même si ça ne leur amène qu’un ou deux leads par mois. Ils voient déjà que ça va prendre de l’ampleur dans le futur », dit-il. Au Canada, ce sont 350 cabinets de courtage qui ont fait appel à Compu-Quote pour offrir à leur clientèle la possibilité d’obtenir une soumission en ligne.

Compu-Quote est surtout connu pour son service de tarification en assurance automobile (standard et non-standard) et habitation. « On doit être à l’écoute des assureurs. C’est pourquoi nous avons ajouté l’assurance des véhicules récréatifs il y a deux ans », dit M. Joassin. C’est aussi pour cette raison que Compu-Quote a ajouté l’assurance des entreprises en automobile, communément appelée véhicules utilitaires (VU), l’an dernier.

« Il n’y avait pas de service du genre pour ce segment dans le marché. Les assureurs ont embarqué, d’autant plus qu’il s’agit d’une niche rentable pour eux. C’est aussi un outil facile à utiliser pour les courtiers, car ils ont la réponse directement dans leur système de gestion d’agence (BMS), bien que ce soit difficile de leur faire abandonner le fax, qui prédomine largement en assurance aux entreprises », dit M. Joassin.

Compu-Quote a aussi développé le téléversement (upload) avec les assureurs. « Personne ne le fait comme on le fait. Le courtier peut téléverser directement ses nouvelles affaires dans le portail de l’assureur. Il ne nous reste que deux assureurs à entrer dans cette fonctionnalité », dit-il.

M. Joassin dit que c’est au Québec que le téléversement a le plus de succès. « En travaillant ainsi, le courtier peut se comparer au direct. C’est ce genre d’outils qu’on veut développer pour rendre le courtier plus performant », dit-il.

Autre intégration réalisée l’an dernier : celle d’iClarify, outil d’évaluation de la valeur assurable développé par RMS. « On l’a déployé à travers le Canada et ça donne une panoplie d’informations au courtier », dit M. Joassin.

Compu-Quote a aussi développé une solution de préchargement des données. Avec cette fonctionnalité, le courtier n’a qu’à entrer le numéro de permis de conduire de son client pour accéder directement à toutes les données d’assurance reliées à son dossier. « Ça aidera les ventes du courtier, car il aura beaucoup moins de questions à poser à son client », dit M. Joassin.

Cette offre n’est toutefois pas disponible au Québec pour le moment, étant donné que l’entrée des données en assurance automobile ne se fait pas de la même façon que dans les autres provinces. Tous les courtiers peuvent acheter le module, mais les courtiers traitant avec Aviva Canada en Ontario, en Alberta et en Atlantique y ont accès gratuitement pour une période de quatre mois.

Une autre fonctionnalité développée par Compu-Quote qui a du succès au Québec est Sales Focus Broker. À partir de ce module, le courtier a accès à différentes informations, telles que le nombre de ventes réalisées par ses producteurs.

« Avec cela, le courtier a des infos de ventes aussi rapidement que les directs. Il gagne du temps et peut automatiser des processus, comme envoyer une lettre par courriel à un client perdu. L’envoi peut être programmé en fonction de diverses choses, telles que s’il a perdu ce client aux mains d’un assureur direct donné ou d’un autre courtier », dit M. Joassin. Cinquante cabinets de courtage utilisent ce module au Canada, dont les trois quarts proviennent du Québec.

Au Québec, ce sont 568 cabinets de courtage qui font affaire avec Compu-Quote. M. Joassin estime qu’environ 95 % des cabinets de courtage du Québec travaillent avec lui.

Publicité