MENU

Fort McMurray n’aura aucun impact sur les perspectives de développement des assureurs canadiens

par Andrea Lubeck | 18 mai 2017 13h30

Photo : triumphantturnip (imgur)

La catastrophe la plus coûteuse de l’histoire du Canada n’aura pas d’impact sur les perspectives de développement des assureurs de dommages canadiens, selon un rapport de la firme de notation DBRS.

La firme note que l’impact des réclamations en Alberta a été généralement proportionnel aux parts de marché de chacun des assureurs.

Par exemple, Intact, qui détient 17,6 % du marché albertain, a écopé de 15,3 % des réclamations pour la catastrophe, soit 1,4 milliard de dollars (G$). DBRS explique que le programme de réassurance de 0,5 G$ auquel l’assureur a eu recours a allégé le montant net de réclamations, qui s’est élevé à 1,1 G$. Ceci lui a tout de même permis d’enregistrer une marge de réclamation positive de 239 millions de dollars (M$) en Alberta et un revenu de souscription de 317 M$ au pays.

 

 

La situation d’Intact représente les résultats généraux des assureurs présents en Alberta. Malgré une année où les réclamations étaient élevées, seul un quart des assureurs ont enregistré une marge de réclamations négative dans la province. Parmi les plus importants, Desjardins et CAA font partie de cette proportion, avec des pertes de 53 M$ et 26 M$ respectivement pour 2016.

Ce sont les plus petits assureurs qui ont été les plus affectés financièrement par les feux de forêt de Fort McMurray, souligne DBRS, citant la concentration des primes. Les entreprises régionales qui souscrivent davantage en Alberta ont connu une plus grande augmentation de réclamations entre 2015 et 2016 que les assureurs nationaux avec des livres d’affaires plus diversifiées.

 

 

DBRS ne prévoit pas que les primes de réassurance des réassureurs internationaux augmentent de façon significative à court terme pour les assureurs de dommages canadiens. Si les dommages combinés pour les catastrophes globales représentent 72 G$ (54 G$ US), ceux de Fort McMurray s’élèvent à 3,7 G$. Toutefois, la firme met en garde qu’au moyen terme, les tendances météorologiques et l’expansion des règlements feront pression sur les taux.

Les données démontrent que la réassurance cédée en 2016 en Alberta a connu une hausse de 3,2 G$ par rapport à 2015, pour s’installer à 3,9 G$.

Publicité
Sur le même sujet …