MENU

La gestion du risque demeure la priorité des promoteurs de régime canadiens

par Mathieu Carbasse | 28 juin 2016 13h17

Les promoteurs de régime canadiens sont particulièrement inquiets des risques qui menacent la sécurité du revenu de retraite prévu de leurs employés, selon les résultats d'une nouvelle recherche menée par Aon Hewitt.

La majorité (75 %) des promoteurs de régime à prestations déterminées (PD) sondés fait ainsi de la gestion des risques la priorité absolue, y compris ceux liés à la conformité, au fiduciaire et à l'actif-passif.

Des employeurs réunissant près de 1,5 million de participants à des régimes de retraite ont été interrogés dans le cadre de ce sondage, intitulé Sujets de l’heure en matière de retraite – Canada, qui a permis de révéler six tendances clés.

87 % des répondants préfèrent un RPC bonifié

Concernant le régime de pensions du Canada (RPC), 87 % des répondants préfèrent un RPC bonifié plutôt qu'un Régime de retraite de la province de l'Ontario (RRPO), comme un produit supérieur ou plus efficace pour stimuler l'épargne retraite chez les employés ontariens.

De plus, près des trois quarts (71 %) des employeurs sont susceptibles de favoriser le bien-être financier de leurs employés au-delà des décisions concernant la retraite.

Concernant le décaissement, près de la moitié (47 %) des promoteurs de régimes d’accumulation de capital (RAC) sont susceptibles d’encourager le revenu viager en offrant le processus qui permettrait aux participants de convertir les soldes de leurs comptes en revenu viager.

Les promoteurs de régimes PD sont là pour le long terme

Par ailleurs, 43 % des promoteurs de RAC ont l’intention de mesurer la suffisance du revenu de retraite des participants, en hausse de 18 % depuis 2013. Lorsqu'il s'agit de tous les promoteurs de régime, près de la moitié (49 %) affirme avoir l’intention de mesurer le niveau adéquat du revenu de retraite prévu des employés.

Par rapport à la concurrence, ce sont 63 % des employeurs qui ont affirmé être susceptibles de mesurer la position concurrentielle et la conception de leur programme de retraite (soit une hausse de 10 % depuis 2013).

Enfin, les promoteurs de régimes PD sont là pour le long terme. Les trois quarts d’entre eux (75 %) ne prévoient pas modifier la conception de leur régime de retraite actuel.

« Un engagement à mesurer l'efficacité du régime »

« La gestion efficace du risque commence avec l'attention portée aux problèmes et l'engagement à les comprendre, affirme Claude Lockhead, associé exécutif, en charge des retraites. Bien que le sondage réalisé cette année montre que les promoteurs de régime sont préoccupés par ces questions, il démontre aussi leur engagement à mesurer l'efficacité du régime et les revenus de retraite, ainsi qu'à éduquer les participants au régime. C'est un énorme pas en avant qui présage bien pour la sécurité financière des retraités canadiens à l’avenir. »

Publicité
Sur le même sujet …