MENU

Miser sur les aptitudes des conseillers plutôt que gagner des parts de marché à tout prix

par Alain Thériault | 21 octobre 2014 09h00

Le PDG de B2B Banque, François Desjardins, estime que les parts de marché sont trompeuses dans l’industrie des services bancaires aux conseillers. Selon lui, l’aptitude d’une institution à se consacrer exclusivement aux conseillers est la mesure la plus importante.M. Desjardins estime que B2B Banque est l’un des plus importants fournisseurs canadiens de services de comptes d’investissement enregistrés et non enregistrés destinés aux conseillers financiers. Dans son rapport annuel 2013, la banque soutient que les acquisitions des fiducies d’AGF et de M.R.S. la positionnent « au premier rang indiscutable au Canada des institutions financières desservant les conseillers financiers et les courtiers, et comme la seule banque entièrement dédiée à ce marché ».

Parmi ses principaux concurrents figurent les banques et plusieurs compagnies d’assurance. L’importance de B2B devient fort relative en matière de taille face aux cinq grandes banques.

« Nous sommes leadeur dans ce créneau, ce qui nous importe beaucoup plus que les parts de marché. Si tu n’es pas une des cinq grandes banques dans ce marché, les parts deviennent un peu insignifiantes et non représentatives de la croissance », dit-il.

La première responsabilité de la banque dédiée aux conseillers consiste à viser une croissance rentable, insiste M. Desjardins.

« Tout le monde fait un peu de produits bancaires aux conseillers, comme les grandes banques et les assureurs, mais plusieurs y entrent et en sortent. Nous semblons les seuls à le faire de façon continue », dit le PDG.

Publicité