MENU

COVID-19 : les assureurs de dommages canadiens moins touchés que les assureurs vie

par Charles Mathieu | 16 juillet 2020 09h30

Photo: Felipe Esquivel Reed

Selon la firme spécialisée en données et en analytique GlobalData, les assureurs de personnes connaitront un recul plus marqué de leurs primes que les assureurs de dommages à la suite de la pandémie de la COVID-19.

Ainsi, l’industrie canadienne de l’assurance devrait voir ses primes brutes souscrites diminuer de 1,4 %. Les prévisions initiales de la firme de recherche prévoyaient une augmentation de 3,8 %.

En assurance vie, le recul sera plus important. Alors qu’elles étaient supposées croitre de 4,7 %, les primes de ce segment devraient diminuer de 4,2 %, indique GlobalData.

« L’assurance de dommages représente environ 70 % de l’industrie canadienne de l’assurance. Le Canada dispose d’un solide service de santé national, qui supportera le plus gros des couts de la COVID-19 », dit la firme.

Le poids moindre qu’occupe l’assurance vie au Canada par rapport à l’assurance de dommages viendra ainsi limiter les pertes de l’industrie entrainées par la COVID-19, indique GlobalData.

Rentes en baisse

Les analystes de GlobalData croient aussi qu’une décision du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) aura un impact sur les ventes de rentes au Canada. Le 27 mars dernier, régulateur qu’il suspendait temporairement les options de transfert et d’achats de rente dans les régimes à prestations déterminées. Le BSIF disait agir ainsi afin de protéger les prestations des participants et bénéficiaires.

Cette annonce affectera les ventes de rentes, dit la firme, qui estime que celles-ci diminueront de 11,4 % en 2020, alors qu’initialement, elles devaient augmenter de 8,1 %.

Limiter les dégâts

Deblina Mitra, analyste en assurance pour GlobalData, soutient que les assureurs canadiens font « tout ce qui est en leur pouvoir » pour limiter les dégâts causés par la pandémie. « Ils offrent une prolongation du délai de grâce et la suppression des frais de paiement manqués ou des reports de paiement aux particuliers, aux familles et aux entreprises qui ne sont pas en mesure de payer des primes », dit-elle.

La firme de recherche souligne aussi le fait que les acteurs de l’industrie de l’assurance sont passés en mode numérique en raison de la crise sanitaire. « La pandémie a entrainé une transformation numérique de la part des courtiers, des agents et des assureurs de l’industrie canadienne de l’assurance pour assurer une connectivité à distance avec les clients. »

Comment le Canada se compare-t-il à l’échelle mondiale ?

Le Journal de l’assurance, dans sa publication du mois de juin, a généré un tableau montrant les prévisions de croissance révisées de l’industrie de l’assurance de plusieurs pays. Le Portail de l’assurance vous présente une version mise à jour qui inclue les données sur le Canada publiées par GlobalData.

Publicité
Sur le même sujet …