MENU

Allstate veut accélérer sa croissance au Canada

par Vicky Poitras | 03 septembre 2007 15h11

Allstate veut cesser de faire du surplace au Canada et devenir un joueur à succès. C’est pourquoi l’assureur direct modifie son modèle d’agence. Le Québec sera d’ailleurs son premier champ de bataille.Toutes les agences d’Allstate au Canada seront ainsi relocalisées. Les agents seront regroupés dans celles-ci.

Christiane Dostie, vice-présidente d’Allstate Canada, soutient que l’assureur n’est pas satisfait du surplace qu’il fait actuellement au pays. Allstate veut donc accélérer sa croissance, d’où ces changements. Les résultats d’Allstate Canada évoluent peu depuis les trois dernières années. Selon les statistiques du Journal de l’assurance sur les résultats financiers IARD (édition de juin-juillet 2007), les primes directes souscrites au Canada par Allstate sont passées de 545 M$ à 512 M$ de 2004 à 2006, pour un recul de 6%. Au Québec, les primes directes souscrites sont passées de 97 M$ à 94 M$ pour la même période, soit un recul de 3%. De 2005 à 2006, les primes directes souscrites ont toutefois légèrement augmenté au Canada, passant de 508 M$ à 513 M$.

« Nous avons commencé à obtenir un peu de croissance au Canada. Nous voulons accélérer celle-ci. C’est ce que nous devons faire si nous voulons devenir un joueur à succès », explique Mme Dostie.

Priorité: le client

L’assureur nourrit des objectifs ambitieux et compte se positionner pour une croissance en mettant la priorité sur le client. « Nous ne concurrencerons pas les autres assureurs sur le prix. Pour nous, le plus important est de bâtir une bonne relation avec le client. Le nouveau modèle d’agence va nous permettre d’offrir un service uniforme de haute qualité », affirme Mme Dostie.

« Nous ajoutons des agents à nos équipes pour stimuler la croissance dans les marchés où nous sommes. Le marché de l’assurance de dommages est stable en ce moment. L’avenir est prometteur mais la concurrence est féroce. Notre compétition change aussi ses modèles d’affaires. Nous avions les mêmes bureaux depuis plusieurs années. Il était temps de changer. Nous allons soutenir le tout par notre Centre d’appel et notre site Internet, qui fonctionne sous l’appellation Réseau entre bonnes mains », indique Mme Dostie.

Moins d’agences, plus d’employés

Allstate ne passera pas par quatre chemins pour réaliser sa croissance. Ainsi, toutes ses agences situées au Canada seront relocalisées. L’assureur compte environ 250 agences au Canada actuellement, dont près d’une quarantaine au Québec. Allstate en réduira sensiblement le nombre, mais chaque agence comptera plus d’employés.

En ce moment, les agences d’Allstate sont composées d’un ou deux agents, appuyés par une personne qui les assiste dans le traitement des réclamations. Elles compteront dorénavant de sept à dix employés.

« Chaque agence aura une équipe d’agents experts. On y retrouvera donc un directeur, son assistante et le reste de l’équipe. Nous travaillerons davantage sous une approche généraliste. Nos agents seront plus spécialisés. » Par exemple, spécifie Mme Dostie, un agent pourra se spécialiser dans le renouvellement des polices, alors qu’un autre se spécialisera dans un secteur différent.

En outre, les agences d’Allstate sont actuellement plus ou moins visibles. Elles se situent souvent dans des bureaux de quartiers, par exemple dans de petits édifices, de petits centres commerciaux, ou au deuxième étage d’un immeuble.

L’assureur portera ainsi une plus grande attention à l’emplacement du bureau. « Nous voulons davantage de visibilité. L’emplacement des agences deviendra un critère important. Celles-ci seront situées là où les clients se trouvent, pour qu’ils puissent nous repérer facilement. » Faciliter l’accès aux clients fera toute la différence, croit Mme Dostie. Les bureaux seront aussi plus spacieux.

« Environ 90 % de nos bureaux auront une aire pour les enfants. Nous avons aussi prévu un bureau fermé dans chaque agence, au cas où des clients souhaiteraient aborder de l’information plus confidentielle », précise la vice-présidente d’Allstate.

Au Québec en premier

C’est au Québec qu’Allstate entamera sa cure de jouvence, et ce, dès cet automne.

« Nous commençons au Québec parce que nous avons plus de croissance dans les autres provinces. Le Québec est un marché plus concurrentiel, avec les nouveaux joueurs qu’on y retrouve. Notre centre d’appel et le resserrement des primes vont nous permettre d’obtenir cette croissance. S’il y a un endroit où on veut se positionner pour connaître une bonne croissance, c’est au Québec qu’on doit le faire », lance Mme Dostie.

La Nouvelle-Écosse et le Nouveau Brunswick suivront ensuite, dès le premier trimestre de 2008. Allstate terminera sa refonte en Ontario et en Alberta, au cours de l’année 2008.

Publicité