MENU

Assurance habitation : Intact modifie sa souscription des toitures

par Hubert Roy | 25 juin 2014 09h36

Intact Assurance a apporté des modifications à sa souscription en assurance habitation, plus particulièrement pour les vieilles toitures. L’assureur n’assurera plus les couvertures de plus de 20 ans et proposera un avenant d’exclusion à ces clients se trouvant dans une telle situation. Intact suit ainsi le modèle d’avenant conçu par le Bureau d’assurance du Canada (BAC), l’an dernier.

Le principal changement apporté par Intact concerne l’avenant pour les dégâts d’eau au-dessus du sol. Ainsi, l’assureur pourra refuser de couvrir dans son contrat de base un assuré qui a une toiture en bardeaux d’asphalte de plus de 20 ans. Le client se fera alors proposer une couverture pour infiltration d’eau avec une franchise de 5 000 $ qui ne comprend pas les dommages causés au toit, mais qui comprend ceux causés aux biens.

Le même principe s’applique aux toitures faites de matériaux supérieurs, comme des pneus recyclés, de la fibre de bois ou de la fibre de verre, mais pour une durée de vie de 50 ans. Il s’applique aussi aux dommages causés par la grêle ou le vent. Tous ces changements seront d’ailleurs uniformisés à l’échelle du Canada.

Intact précisera aussi davantage dans le contrat l’étendue de la couverture. Le client pourra voir combien lui coute une protection en particulier, et ainsi choisir ce qui lui convient ou pas, dans une certaine mesure.

« En procédant ainsi, nous avons choisi de ne rien enlever au client dans notre souscription ni de ne rien ajouter. On se positionne plus clairement, ce qui rend le tout plus clair pour l’assuré. Il voit sur son contrat les franchises qui peuvent être différentes. S’il trouve sa prime trop élevée, il pourra changer sa protection. Ça lui donne plus de flexibilité et de transparence », a expliqué Christine Lefebvre, vice-présidente, assurance des particuliers d’Intact Assurance, à FlashFinance.ca.

Intact pourra refuser d’assurer sa toiture vieille de 20 ans, mais avisera toutefois le client un an d’avance qu’il doit remplacer sa toiture s’il veut conserver sa couverture habituelle. L’assureur suit ce que propose le BAC dans le modèle d’avenant d’exclusion pour les toitures.

L’assureur dépend ainsi davantage du courtage lors de la souscription des risques, mais Mme Lefebvre souligne que les courtiers posent systématiquement la question sur l’âge de la toiture à cette étape. « L’assuré qui a une nouvelle toiture va aussi chercher davantage de rabais sur sa prime, car sa tarification ne sera pas la même que pour une toiture plus âgée », dit-elle.

Prévention accrue

Intact mise sur la prévention pour changer les comportements des propriétaires de maison. Au cours des derniers mois, l’assureur a mis beaucoup l’accent sur son site Web L’assurance évolue (assuranceevolue.com), lequel contient plusieurs trucs et astuces. On y explique notamment comment fonctionne un clapet antirefoulement. On y retrouve aussi un questionnaire pour évaluer le montant d’assurance des biens au sous-sol.

Des rabais sont aussi dorénavant offerts aux propriétaires de maison qui installent des détecteurs d’eau ou des appareils permettant de couper l’eau. Intact a signé des ententes avec deux groupes à cet effet. « On en retrouve peu en ce moment, mais c’était le cas des systèmes d’alarme, il y a encore quelques années. Maintenant, les maisons équipées de systèmes d’alarme ne représentent qu’une petite partie de nos pertes. On estime que les détecteurs d’eau sont aussi très bons pour éviter les dommages », dit Mme Lefebvre.

L’assureur n’envisage pas revoir ses critères de souscription pour le moment. Le travail se fera plus du côté de l’actuariat, mentionne Mme Lefebvre. « Nos actuaires reverront les territoires de dommages par l’eau à partir de nos données de sinistralité. Chaque territoire sera révisé. Ce qui détermine le prix demeure l’historique de sinistres d’un client, mais on regardera aussi le tout en fonction de sa ville et de la vétusté de son système d’égout, notamment. On revoit nos niveaux de tarification, et une équipe de recherche y est dédiée », dit-elle.

Publicité