MENU

CourtiersNet a vu son volume de primes croitre de 50 % en 2013

par Hubert Roy | 20 février 2014 11h08

Le volume de primes de CourtiersNet a doublé de 2012 à 2013. Il est maintenant de 15 millions de dollars (M$). Son président, Mario D’Avirro, aimerait bien qu’il double à nouveau en 2014.La bannière compte maintenant 17 affiliés. En 2014, elle souhaite en recruter au moins un ou deux par mois.

« Nous avons essayé d’aller chercher des courtiers qui avaient déjà des volumes en 2013, mais ça a plus ou moins fonctionné. La plupart des gens qui nous ont joints sont partis de zéro. On a signé neuf nouveaux affiliés en 2014. Quatre provenaient de la région de Québec, dont un de la Beauce. Nous en avons aussi signé à Repentigny et à St-Jérome. On prend de l’expansion à travers la province », dit-il.

M. D’Avirro a aussi signé des ententes avec des cabinets en assurance de personnes. « Deux cabinets souhaitant devenir multidisciplinaires se sont joints à nous. Ils n’ont pas le temps ou l’expertise de se lancer là-dedans, alors notre offre est avantageuse pour eux. Ils doivent obligatoirement embaucher quelqu’un pour développer le volume en dommages », souligne M. D’Avirro, qui est actuellement en négociations avec un réseau gérant 100 conseillers en assurance vie.

Le président de CourtiersNet souhaite aussi avoir un pied-à-terre en Ontario. Des démarches entreprises à cet effet en 2013 n’ont pas abouti. M. D’Avirro songe maintenant à y faire une acquisition. CourtiersNet a aussi ajouté deux assureurs à sa gamme, soit le Groupe Promutel et Optimum Général.

Il souligne que son modèle peut permettre à un courtier de croitre rapidement. Il donne en exemple l’un de ses affiliés, Jimmy Barbour. « Après neuf mois chez Allstate, il s’est joint à notre réseau en janvier 2012. Il a écrit 570 000 $ en nouvelles affaires en 2012, et un autre 550 000 $ en 2013, principalement en assurance des particuliers. À la fin de 2013, un autre franchisé, Noel Feghali, l’a joint pour créer BF Assurances. Aujourd’hui, le cabinet gère 2,8 M$ en chiffres d’affaires », relate M. D’Avirro.

Publicité