MENU

Des actions « audacieuses et rapides » pour lutter contre les changements climatiques

par Charles Mathieu | 05 juin 2019 13h30

Des actions « audacieuses et rapides » sont impératives pour que les villes et les entreprises puissent augmenter leur résilience face aux changements climatiques. C’est ce qu’a affirmé Miguel Gaspar, conseiller municipal et maire remplaçant de la ville de Lisbonne, lors d’un panel organisé dans le cadre du Sommet Movin’On.

La discussion, animée par Sandra J. Sucher, professeure à l’Université Harvard, regroupait M. Gaspar, Ursula Mathar du Groupe BMW, et Philippe Montantême de chez Total Marketing & Services.

Ceux-ci étaient tous d’accord sur le fait que les dix prochaines années seront cruciales dans l’atteinte de leurs objectifs sur des investissements en matière de transport, de nouvelles technologies et de décarbonisation.

Passer de la parole à l’acte

Or, pour passer de la vision à l’action, il doit y avoir une forme de collaboration entre les différentes industries, explique M. Gaspar. « Ce n’est pas difficile de travailler ensemble. Le problème est que nous n’avons pas l’habitude de le faire. »

D’après Ursula Mathar, il faut trouver un moyen de rassembler les solutions dites plus « globales » à celles plus « locales ». Elle ajoute que les différents secteurs doivent se faire confiance. « C’est uniquement de cette manière que nous pourrons avancer. »

Changements de manière d’investir

Sophie Javary, vice-présidente du conseil d’administration de la banque européenne BNP Paribas affirme que le défi est de continuer d’être rentable tout en étant utile au monde. Le tout s’applique également au secteur de l’investissement.

Pour y arriver, selon elle, il faudra développer de nouveaux produits pour les investisseurs tout en jouant un rôle clé en matière d’éducation en ce qui a trait changements climatiques. « Par exemple, les catastrophes naturelles affectent le marché immobilier et les augmentations de chaleurs affectent grandement le secteur de l’agriculture » explique-t-elle.

Mme Javary ajoute que le rôle des banques et des autres compagnies d’investissement sera d’analyser les différents risques associés aux changements climatiques et l’impact que ceux-ci ont sur leurs investissements.

« Le monde entier doit immédiatement investir dans la lutte aux changements climatiques, car sinon, notre génération sera tenue comme coupable des catastrophes qui en suivront », déclare-t-elle.

Publicité
Sur le même sujet …