MENU

Industrielle Alliance lance un nouveau produit d’assurance facultative

par Alain Thériault | 20 février 2014 10h20

L’Industrielle Alliance vient de lancer un produit d’assurance maladies graves facultatif pour régimes collectifs qui couvre trois groupes de maladies indépendamment.Émoi dans le marché de l’assurance maladies graves en collectif. Ce secteur qui n’a pas connu d’innovation marquante depuis l’explosion du nombre de maladies couvertes au milieu des années 2000 accueille un nouveau produit. L’Industrielle Alliance vient de lancer ExtensIA, un produit d’assurance facultative qui couvre notamment 23 maladies graves pour adultes et 10 autres spécifiques aux enfants.

Dans le cas présent, l’assurance facultative se greffe à un régime collectif déjà en place. Elle est souscrite et tarifée sur une base individuelle et volontaire. L’assureur réserve ExtensIA à ses clients en assurance collective de 50 employés et plus. La nouvelle gamme comprend aussi des couvertures facultatives en assurance vie ainsi qu’en décès et mutilation accidentels (DMA). Les trois garanties peuvent être souscrites ensemble.

L’Industrielle Alliance offre déjà depuis plusieurs années un produit d’assurance maladies graves purement collectif. Il s’adresse aux entreprises de 10 employés et plus. L’adhésion des employés est automatique. L’assureur dit viser avec ce produit les entreprises de plus petite taille.

L’avantage du nouveau régime pour les groupes est qu’il ne nécessite aucune administration de la part de l’employeur. Celle-ci et la facturation sont prises en charge par l’assureur. Le représentant en assurance collective responsable du groupe sollicite les employés, et l’assureur soutient cette relation par une campagne d’information. Il s’agit d’affiches et de courriels que l’employeur peut relayer à ses employés. La couverture est portable et ne modifie pas la grille de taux de l’assurance collective existante, puisqu’elle est facturée sur une base individuelle.

« Nous avons voulu simplifier la vie de l’employeur, a dit Jacques Parent, vice-président principal en assurance collective à l’Industrielle Alliance, en entrevue au Journal de l’assurance. Nous avons observé que les charges administratives constituaient une barrière dans le développement des affaires en maladies graves collectives. C’est pourquoi nous développons ce marché avec une garantie individuelle. »

Outre cette simplification, ExtensIA évite certaines situations qui pourraient créer un malaise chez l’employeur. « Si l’employé demande 100 000 $ en assurance facultative et que l’assureur lui refuse, l’employeur se retrouve avec une information médicale confidentielle qui crée une situation inconfortable », dit M. Parent.

Pour leur part, les participants de régimes peuvent bénéficier de montants de protection sans fournir de preuve d’assurabilité s’ils souscrivent tôt à la garantie. « Cette offre fait partie de la campagne : les participants au régime collectif de base ont 31 jours pour souscrire sans preuve une garantie facultative d’assurance maladies graves, pour un montant allant jusqu’à 25 000 $ », dit M. Parent. L’offre s’adresse aussi aux nouveaux employés qui joignent le groupe à partir de maintenant.

Outre cette promotion spéciale, la campagne repose sur un atout exclusif au produit. Même le produit individuel d’assurance maladies graves n’en est pas doté. Appelé protection évènements multiples, cet atout permet trois demandes de règlement différentes, chacune pour 100 % du montant total de couverture. Une demande de règlement est ainsi admise pour chacune des catégories de maladies suivantes : cancer, maladies cardiovasculaires et catégorie « autres » (soit les autres maladies couvertes de la liste qui n’appartiennent pas aux deux premières catégories).

« Nous avons développé cette garantie peu fréquente dans le marché avec l’aide de notre réassureur, dit M. Parent. Le réassureur s’est appuyé sur son expérience internationale pour le faire. »

De plus, une prestation égale à 10 % du montant de protection total est versée pour trois cancers sans risque de décès à court terme et pour une angioplastie coronarienne, en vertu d’une prestation maximale de 25 000 $ dans chaque cas.

Autre avantage peu répandu : l’assuré peut conserver sa protection même s’il ne fait plus partie du régime collectif ou si l’employeur change d’assureur. La couverture se termine en outre à 70 ans. Ces avantages sont aussi disponibles pour le conjoint et les enfants.

Le produit sera abordable, soutient le vice-président. « Bien que le produit soit souscrit sur une base individuelle, nous croyons que les taux sont avantageux par rapport à ceux de l’assurance maladies graves individuelle traditionnelle », a-t-il ajouté. Les frais d’assurance sont structurés comme une prime temporaire un an qui augmente seulement tous les cinq ans. Elle est établie selon l’échelle de cinq ans où se trouve le participant au moment de souscrire la garantie.

Le produit vise les groupes d’au moins 50 employés pour en assurer la rentabilité, a ajouté M. Parent. « Avec le taux de pénétration que nous anticipons à long terme, soit 30 %, le produit ne serait pas rentable en deçà de ce seuil. » L’expérience de l’assureur a démontré que ce taux est accessible.

« Certains de nos clients ont déjà une garantie de maladies graves facultatives au sein de régimes modulaires, et l’adhésion y atteint jusqu’à 40 %. Il s’agit de groupes qui avaient déjà un produit facultatif spécifique pour eux, mais avec facturation collective (régime collectif traditionnel avec vie à la base). Il ne s’agit pas du produit de masse que se veut être ExtensIA », dit M. Parent.

Pour atteindre le taux de 30 %, ExtensIA devra toutefois bénéficier d’un certain soutien de la part de l’employeur et faire l’objet d’une campagne ciblée auprès des employés.

Testé dans un projet pilote débuté en 2013 avec un seul groupe, ExtensIA n’a pas atteint le taux de pénétration escompté, se limitant à un taux oscillant entre 15 % et 20 %. « Peut-être est-ce une particularité du groupe qui fait l’objet du projet pilote. Nous observons par contre que les participants ont souscrit des montants d’assurance maladies graves supérieurs au montant minimal permis, soit 10 000 $ », dit M. Parent.

La difficulté de percer pour une garantie facultative n’est pas le seul fait de la garantie de maladies graves, dit M. Parent. « Chez plusieurs clients, le taux n’était pas plus élevé pour l’assurance vie facultative. »

Toujours en vue d’atteindre ce taux, l’assureur mène actuellement un projet pilote dans lequel le processus d’adhésion passe par un formulaire Web. « Le processus Web devrait faire augmenter le taux d’adhésion », croit M. Parent.

Publicité