MENU

Les CPG en déroute

par Alain Thériault | 05 novembre 2010 16h06













Que les fonds distincts se consolent. Avec un léger recul de leurs ventes de un pour cent au troisième trimestre, les ventes de fonds distincts sont loin d’avoir connu les mêmes déboires que les dépôts à termes et les rentes fixes.Ceux-ci ont vu leurs ventes reculer de 21 % au troisième trimestre de 2010, comparé au même trimestre de 2009, pour se limiter à 837 millions de dollars (M$), selon le plus récent rapport de LIMRA sur les ventes de rentes.

Ce rapport indique aussi que les ventes de dépôts à terme et de rentes fixes (regroupés sous le chapeau de fixed annuities par LIMRA) sont en recul de 19 % pour les neuf premiers mois de l’année, comparé à la même période de neuf mois l’an passé. Ces ventes ont atteint 2,7 milliards de dollars (G$) au 30 septembre 2010.

Il est ainsi peu probable que les dépôts à terme et les rentes fixes répètent l’exploit de 2009, où leurs ventes avaient été en hausse de 102 %, par rapport à 2008.

Les clients détenteurs de REER ont d’ailleurs fui les dépôts à terme depuis le début de 2010. Au troisième trimestre, les nouvelles ventes de dépôts à terme sous forme de REER ont diminué de 14 % par rapport au même trimestre de 2009, pour s’établir à 142 M$. Depuis les neufs premiers mois de l’année, elles ont reculé de 28 %, pour atteindre 524 M$.

C’est pire pour les nouvelles ventes de dépôts à terme sous forme de régimes d’accumulation non enregistrés, qui ont reculé de 54 % au troisième trimestre de 2010 par rapport au même trimestre de 2009, pour s’établir à 218 M$. Aux neufs premiers mois de l’année, elles ont reculé de 47 %, pour atteindre 699 M$.

Malgré des ventes modestes par rapport aux autres régimes d’accumulation, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) poursuit son ascension, y compris du côté des dépôts à terme. Les nouvelles ventes de dépôts à terme sous forme de CELI ont cru de 46 % au troisième trimestre de 2010 par rapport au même trimestre de 2009, pour s’établir à 14 M$. Depuis les neufs premiers mois de l’année, elles ont cru de 17 %, pour atteindre 93 M$.

 

Alain Thériault

Publicité