MENU

Solide croissance des ventes en vie individuelle

par Alain Thériault | 17 mai 2016 07h00

Les ventes d’assurance vie individuelle ont connu une solide croissance au Canada en 2015. Les nouvelles primes ont progressé de 10 % par rapport à celles qui avaient été engrangées en 2014.

Selon le rapport 2015 de LIMRA, les ventes d’assurance vie individuelle en termes de nouvelles primes ont connu une hausse dans les trois principales gammes de produits, entre 2014 et 2015. Ces ventes ont crû de 13 % pour la vie entière, de 8 % pour la vie universelle et de 7 % pour la vie temporaire.

Plus modeste, la croissance du nombre de polices vendues en 2015 a atteint 4 % par rapport à 2014. Il s’agit d’un retour marqué, par rapport au recul de 9 % du nombre de polices vendues enregistré en 2014 par rapport à 2013. La croissance a été de 4 % pour les trois types de produits.

Croissance chez plus de la moitié des fournisseurs

Responsable de la recherche, Matthew Rubino note qu’en ce qui touche les ventes de produits temporaires et de vie entière en termes de primes, « plus de la moitié des fournisseurs ont rapporté une croissance. Les ventes d’assurance temporaire ont fait un bond de 13 % au quatrième trimestre. Plusieurs fournisseurs ont mis à jour leurs produits ou leurs taux en 2015. »

La vie universelle a aussi contribué. Son retour se poursuit donc. « Près de la moitié des fournisseurs d’assurance vie universelle ont aussi connu la croissance. L’assurance vie universelle a profité d’un cinquième trimestre consécutif de croissance, même si celle-ci a ralenti au quatrième trimestre de 2015 », a mentionné M. Rubino au Journal de l’assurance.

Cette lancée survient malgré deux facteurs censés nuire à la croissance de ce produit : la hausse des prix entrainée par les bas taux d’intérêt, et la volatilité des marchés boursiers. M. Rubino a expliqué que les prix de la vie universelle s’étaient stabilisés en 2015. « Nous n’avons pas beaucoup entendu parler de changement de prix l’an dernier, à l’exception de quelques baisses. La vie universelle rebondit après l’impact négatif des hausses survenues les années précédentes », a-t-il précisé.

Le moteur de croissance demeure toutefois la vie entière, en raison du succès continu des produits avec participations. « Avec un pourcentage constamment dans les deux chiffres, la vie entière domine la croissance en termes de primes depuis plusieurs années », a ajouté l’analyste. Tous les fournisseurs de vie entière, sauf un, ont rapporté une croissance des ventes en 2015.

La croissance des ventes de vie entière en termes de primes a pourtant ralenti au quatrième trimestre de 2015, a noté M. Rubino. « Il n’y a pas de raison commune aux fournisseurs. Les ventes d’assurance vie entière sans participation et temporaire 100 ans (T100) ralentissent depuis plusieurs trimestres. Quelques fournisseurs ont mentionné que les changements de prix apportés à leurs produits de type T100 ont pu avoir un impact. Les ventes de vie entière ont augmenté de 9 %, ce qui est tout de même une bonne croissance », a confié M. Rubino. Les produits T100 incluent l’assurance vie universelle à cout nivelé.

Les voyages de vente derrière la croissance

Quel que soit le produit, plusieurs fournisseurs ont attribué aux incitatifs de vente une forte contribution à l’ensemble de leurs résultats de vente d’assurance vie individuelle en 2015, a-t-il révélé.

Il n’a toutefois pas voulu préciser au Journal de l’assurance si la fin des concours de vente annoncée par plusieurs assureurs aurait un effet sur les ventes de 2016. « Nous ne pouvons divulguer aucune information de nos fournisseurs sur les incitatifs de vente », a tranché M. Rubino.

Les restrictions à la loi fédérale qui touchent l’imposition des polices d’assurance vie, et entreront en vigueur le 1er janvier 2017 pourraient aussi avoir un impact sur les ventes, a reconnu M. Rubino. « Généralement, lorsque nous voyons une telle réglementation entrer en vigueur, les ventes augmentent jusqu’à l’implantation et déclinent après. Comme les produits de type T100 et les autres produits payables à vie seront davantage affectés, il y aura un impact plus grand sur leurs ventes de 2016, jusqu’au changement. »

Matthew Rubino a aussi observé une croissance dans la taille des polices vendues en 2015, selon deux moyennes : le montant d’assurance souscrit par police et la prime annuelle payée par police. Les deux sont en hausse de 6 %, alors que le montant d’assurance moyen s’est établi à 348 507 $ par police en 2015, et celui de la prime, à 1 896 $ par police. Il attribue cette croissance au « lancement de plusieurs nouveaux produits et à la retarification de produits existants pour les rendre plus concurrentiels ».

Le réseau indépendant a été le canal vedette de la distribution d’assurance vie individuelle. Entre 2014 et 2015, les nouvelles primes d’assurance vie individuelle issues de ce réseau ont crû de 12 %, alors que celles issues des réseaux affiliés (incluant les agences de carrière) ont crû de 6 %.

Tous les réseaux sont en croissance. Les conseillers indépendants, qui transigent directement avec leurs fournisseurs sans passer par un agent général ont vu leurs ventes croitre de 16 % en termes de nouvelles primes de 2014 à 2015. Le réseau des courtiers en valeurs mobilières, appelé comptes nationaux, demeure un vigoureux vecteur de croissance, réalisant des ventes en hausse de 15 % durant cette période. Les agents généraux ont connu une croissance de leurs ventes de 10 % et les agences de carrière de 7 %.

Vingt compagnies ont participé à ce sondage. Elles ont contribué à 94 % des primes annualisées du marché canadien. Parmi les plus grandes, Manuvie, Financière Sun Life, Great-West et ses filiales Canada-Vie et London Life, Industrielle Alliance, Desjardins Sécurité financière, SSQ Assurance, La Capitale, Empire Vie, RBC Assurances et BMO Assurance vie.

Publicité
Sur le même sujet …