MENU

L’Autorité se dote d’un chef des données

par Hubert Roy | 23 octobre 2020 15h03

Photo: Freepik

Le numérique prend de plus en plus de place dans l’industrie. Cela vaut aussi pour ses régulateurs.

Dans cette perspective, l’Autorité des marchés financiers a annoncé la nomination de Jean-François Ouellet à titre de chef des données et de l’analytique avancée.

Pourquoi le régulateur a-t-il créé ce poste ? Au cours des dernières années, différents travaux à l’interne ont amené l’Autorité à se positionner en matière de gouvernance des données, a expliqué Sylvain Théberge, chef des médias du régulateur, au Portail de l’assurance. Au point tel que cet enjeu fait partie de ses priorités 2020-2021 pour l’assurer de bien réaliser sa mission, a-t-il ajouté.

L’Autorité y promettait d’ailleurs d’intensifier ses efforts et de déployer davantage de ressources afin d’accélérer le développement de sa stratégie de valorisation des données, alors que les besoins en technologies et science des données deviennent toujours plus pressants. Le régulateur en veut ainsi à venir à accroitre sa performance en bonifiant ses processus opérationnels et décisionnels, dans le but notamment de rehausser sa vigie et sa surveillance ainsi que ses services d’assistance aux consommateurs.

Un mandat en 2 volets

L’équipe de M. Ouellet sera composée de deux scientifiques de données et de deux experts en gouvernance et valorisation des données. Par conséquent, le mandat de M. Ouellet se déclinera selon ces deux volets

« Pour le volet de la valorisation des données, il s’agit maximiser l’utilisation de ses données dans l’ensemble des secteurs d’affaires, en appui à ses décisions et ses actions. L’Autorité souhaite se doter d’une culture axée sur la valorisation et l’utilisation optimale des données. La mise en place de cette direction permettra d’accélérer la mise en place de cette culture », a indiqué M. Théberge.

Quant à la gouvernance liée à ces données, M. Théberge rappelle qu’il s’agit là d’un ensemble de politiques et de processus qui assurent que les données sont formellement établies et gérées comme un actif organisationnel. « La gouvernance des données garantit l’intégrité, la qualité et la disponibilité en temps opportun des données utilisées pour les processus critiques et la prise de décision dans toutes les sphères d’activités de l’Autorité, incluant le développement réglementaire », dit-il.

Modèle « Hub and spokes »

M. Théberge révèle que pour positionner cette nouvelle équipe, l’Autorité a choisi le modèle fédéré afin favoriser les interactions entre les milieux d’affaires, communément appelé « Hub and spokes ».

« Ce modèle permet de conserver les compétences analytiques dans les secteurs stratégiques des affaires, tout en assurant une cohérence à travers les différentes initiatives et les projets déjà en cours dans toute l’organisation. D’autres régulateurs ont adopté ce modèle, notamment le Financial Conduct Authority de la Grande-Bretagne et l’Australian Securities and Investments Commission en Australie. »

La direction dirigée par M. Ouellet regroupe aussi les activités du Laboratoire Fintech de l’Autorité, incluant les activités d’expérimentation avec les nouvelles technologies, ainsi que les stagiaires qui y sont attitrés.

Publicité
Sur le même sujet …