RBC Groupe financier déclare un bénéfice net de 4 milliards de dollars (G$) pour l'ensemble de ses activités au deuxième trimestre de 2021, qui s’est étalé du 1er février au 30 avril, contre 1,5 G$ au deuxième trimestre de 2020. Ce résultat est en hausse de 171,1 % ou 2,5 G$.

Sur six secteurs, cinq ont progressé, dont les secteurs de l’assurance et de la gestion de patrimoine.

Assurance et gestion de patrimoine

Pour ce dernier, RBC déclare un bénéfice net de 691millions de dollars (M$), contre 424 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ce résultat est en hausse de 63 % ou 267 M$, « en raison surtout de la croissance moyenne des prêts et de la progression de la moyenne des actifs liés aux services tarifés des clients, qui reflètent l’appréciation des marchés et les ventes nettes, déduction faite de la rémunération variable connexe », dit RBC.

Le groupe financier précise que le « recul de la dotation à la provision pour pertes de crédit et la progression des revenus tirés des transactions ont également favorisé cette augmentation ». Tous ces facteurs ont toutefois « été contrebalancés en partie par l’incidence du recul des taux d’intérêt ».

Pour ses activités d’assurance, RBC déclare un bénéfice net de 187 M$, contre 180 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ce résultat est en hausse de 3,9 % ou 7 M$, « ce qui s’explique surtout par la réduction des coûts des sinistres et par l’incidence favorable des ajustements actuariels », explique l’institution financière.

Ces éléments ont toutefois « été atténués par les répercussions des profits réalisés sur les placements un an plus tôt et par le fléchissement des nouveaux contrats de réassurance du risque de longévité ».

Revenus d’assurance : perte au Canada

Les revenus d’assurance de RBC s’élèvent à 536 M$ au deuxième trimestre de 2021, contre 197 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ils sont en hausse de 172,1 % ou 339 M$.

Dans le détail, on note que les deux sous-secteurs ont fait mieux :

  • Au Canada, le groupe financier déclare une perte de 172 M$ déclarée au chapitre des revenus d’assurance, quand il déclarait une perte de 344 M$ au deuxième trimestre de 2020. Bien que dans le rouge, ce résultat s’améliore de 50 % ou 172 M$.

  • À l’international, les revenus d’assurance s’élèvent à 708 M$, contre 541 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ils sont en hausse de 30,9 % ou 167 M$.

Les revenus d’assurance sont en hausse au Canada et à l’international « du fait surtout de la variation de la juste valeur des placements garantissant les obligations au titre des polices d’assurance, élément compensé en grande partie dans les indemnités, sinistres et coûts d’acquisition liés aux polices d’assurance », dit RBC.

Ce facteur a toutefois été contrebalancé « par l’incidence des profits réalisés sur les placements dans la même période de l’exercice précédent » au Canada, et « en partie par la baisse des volumes des produits d’assurance vie à l’échelle internationale », pour le secteur international.

Indemnités, sinistres et coûts en hausse

Les indemnités, sinistres et coûts d’acquisition liés aux polices d’assurance ont augmenté de 326 M$. Ils représentent en effet une charge de 149 M$ au deuxième trimestre de 2021, tandis qu’ils avaient représenté un gain de 177 M$ au deuxième trimestre de 2020.

Cela s’explique principalement par « la variation de la juste valeur des placements garantissant les obligations au titre des polices d’assurance, élément compensé en grande partie dans les revenus », dit RBC. « L’incidence de la diminution des nouveaux contrats de réassurance du risque de longévité a également accentué la hausse. »

Ces éléments ont toutefois « été compensés en partie par la réduction des coûts des sinistres, et ce, principalement en ce qui concerne nos produits d’assurance voyage et d’assurance invalidité, ainsi que par les conséquences des ajustements actuariels », explique l’institution financière.

Primes et dépôts : hausse au Canada

Les primes et dépôts d’assurance de RBC s’établissent à 1,2 G$ au deuxième trimestre de 2021, contre 1,1 G$ au deuxième trimestre de 2020. Ils sont en hausse de 1,1 % ou 13 M$.

Dans le détail, on note :

  • Au Canada, les primes et dépôts se chiffrent à 559 M$, contre 521 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ils sont en hausse de 7,3 % ou 38 M$.

  • À l’international, les primes et dépôts se chiffrent à 602 M$, contre 627 M$ au deuxième trimestre de 2020. Ils sont en baisse de 4 % ou 25 M$.

BMO a également dévoilé ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de 2021, dont ses résultats d’assurance et de gestion de patrimoine.