MENU

Fuite de données chez Desjardins : Québec planche sur des projets de loi

par Andrea Lubeck | 26 novembre 2019 15h35

Éric Girard

Photo: Denis Méthot

Lors d’une allocution au 14e Rendez-vous avec l’Autorité des marchés financiers, Éric Girard, ministre des Finances du Québec, a indiqué que le gouvernement souhaite moderniser les lois sur la protection des renseignements personnels.

Bien qu’il s’agisse d’un dossier dont la ministre de la Justice, Sonia Lebel, sera investie, M. Girard a effleuré la mise en place d’un projet de loi pour « renouveler nos pratiques » en matière de protection des renseignements personnels pour les organisations publiques et privées.

Il a évoqué la fuite de données de dossiers de ressources humaines chez Revenu Québec, au même moment où il abordait la fuite de renseignements personnels du Mouvement Desjardins. « [C’était] un évènement d’envergure beaucoup moindre, mais vous vous doutez que ça a amené un éveil. Les dossiers des employés de Revenu Québec, c’est précieux, mais les données fiscales de Revenu Québec, ça c’est extrêmement précieux. Alors la cybersécurité des renseignements gouvernementaux, c’est très important et il y a toute une réflexion qui s’est amorcée sur l’identification et l’authentification des individus », a affirmé M. Girard. Il a reconnu que le numéro d’assurance sociale « n’est pas adapté à a réalité d’aujourd’hui ».

Desjardins a fait une « gestion adéquate »

Éric Girard a qualifié la gestion de l’incident par Desjardins comme étant « adéquate, professionnelle ». « Je ne pouvais pas m’adresser à ce parterre sans parler de ce qui m’a occupé, ce qui a occupé l’Autorité et Desjardins tout l’été », a-t-il dit d’entrée de jeu en abordant le sujet.

Il décrit les solutions mises en place par la coopérative selon trois volets. « D’abord, Desjardins a rapiement fermé les brèches informatiques qui ont mené à l’incident », a décrit M. Girard.

Le second a été la prévention du vol d’identité en offrant les services de l’agence de crédit Equifax. « Malgré les insatisfactions face à Equifax, leur système d’alerte est la meilleure façon de prévenir le vol d’identité », insiste-t-il.

Et le troisième consiste en la gestion du vol d’identité, ce pourquoi Desjardins a lancé un produit d’assurance contre le vol d’identité, destiné à faire face à la situation et pour assister l’assuré, « ce qui est unique au Canada », selon M. Girard.

Il affirme que la vigie du gouvernement permet de constater qu’il ne se trouve pas plus de données de clients de Desjardins que celles des clients d’autres institutions financières sur le dark web. « Pour l’instant, parmi les données qui ont été volées, on ne sait pas combien ont été vendues, on ne les voit pas sur le dark web », a-t-il précisé. M. Girard appelle à la patience et souligne que beaucoup de questions seront répondues par les enquêtes policières.

Encadrer les agences de crédit

Les agences de crédit font aussi l’objet de projet de loi pour les encadrer, alors que le Québec est la dernière province au Canada à ne pas le faire. M. Girard a annoncé qu’il est « certain que nous déposerons un projet de loi d’encadrement sur les agences de crédit ».

Il dit vouloir s’inspirer des meilleures pratiques mises en place par les autres provinces et même importer le concept américain de verrou, ou de gel, de crédit. Cela signifie que si une personne est victime de vol d’identité, elle est la seule à pouvoir donner accès à ses renseignements ou son dossier de crédit.

« Les agences de crédit vont devoir s’inscrire, et, en échange de la rémunération qu’elles reçoivent, vont avoir des responsabilités. Les responsabilités vont être énoncées clairement par l’entité qui va être responsable de la supervision de la loi », a décrit M. Girard, sans préciser quel organisme sera désigné pour le faire.

Publicité
Sur le même sujet …