MENU

Un ancien VP de la Banque Nationale nommé ministre des Finances

par Denis Méthot | 19 octobre 2018 11h30

Éric Girard, nouveau ministre des Finances du Québec | Photo : Denis Méthot

C’est un banquier âgé de 51 ans, Éric Girard, qui a pris les rênes hier du ministère des Finances en remplacement de Carlos Leitão, dont le gouvernement a été défait lors des élections du 1er octobre dernier.

M. Girard est né à Sept-Îles, il a grandi à Québec et a étudié à Montréal. Il détient un Bachelor Joint Honours in Economics and Finance de l’Université McGill ainsi qu’une maitrise en économie de l’Université du Québec à Montréal.

Vice-président et trésorier de la Banque Nationale

Il était vice-président et trésorier de la Banque Nationale avant de faire le saut en politique pour la Coalition avenir Québec (CAQ). Il avait tenté de se faire élire pour le Parti conservateur du Canada lors des élections fédérales de 2015. Battu, il était retourné à la Banque Nationale après sa défaite, mais a refait une deuxième tentative de se faire élire, cette fois avec la Coalition Avenir Québec dans le comté de Groulx. 

Ce deuxième essai a été le bon et son chef François Legault lui a confié le portefeuille des Finances, l’un des ministères les plus en vue du gouvernement. M. Girard possède 25 années d’expérience dans le domaine de l’investissement et des services financiers. Il pilote donc un ministère dans lequel il pourra se glisser très rapidement dès les premiers jours.

Déjà à l’œuvre

Son chef lui a mis de la pression dans l’heure qui a suivi sa nomination à l’Assemblée nationale jeudi. Prenant la parole à l’issue de la présentation de son Conseil des ministres, le nouveau premier ministre a indiqué que l’un des objectifs de son jeune gouvernement serait de remettre très rapidement de l’argent dans le portefeuille des familles et des retraités.

Interrogé par le Journal de l’assurance à l’issue de la cérémonie s’il comptait revoir certains articles ou dispositions des projets de loi 141 et 150, M. Girard a indiqué que ces deux dossiers n’avaient pas été soulevés en campagne électorale et qu’il lui faudrait prendre des connaissances des sujets importants que lui remettront ses sous-ministres pour le savoir.

Publicité