MENU

Le Groupe Ultima mise sur la croissance tous azimut

par Vicky Poitras | 05 mars 2011 19h47

Le Groupe Ultima table sur la croissance, qu’elle soit organique ou par acquisition. « Nous voulons atteindre 600 M$ de volumes de primes en 2011 », a affirmé René Vocelle, PDG du Groupe Ultima en entrevue au Journal de l’assurance.

Le Groupe Ultima compte autant sur la croissance interne de ses membres que sur des acquisitions pour y parvenir. « Nous offrons des formations de ventes croisées à nos membres. Nous avons aussi mis en place des programmes spéciaux. Nous disposons d’un centre de placement depuis 2006 pour offrir un choix d’assureurs plus vaste et d’un programme de maisons de haute valeur mis en place en 2010, entre autres. Résultat : le Groupe a vu son volume de primes total progressé de 30 M$, passant ainsi de 530 M$ en 2009 à 560 M$ en 2010 », dit-il.

La bannière veut aussi accroitre le volume du siège social en 2011. « Nous voulons atteindre un volume de 58 M$ en 2011. On se donne cinq ans pour parvenir à 100 M$ », poursuit-il.

Autre priorité : la bannière veut finaliser son système informatique Ulti-Gestion. « Le système est opérationnel et a été livré. Nous sommes en train de l’implanter dans les bureaux de courtiers. Cela se continuera progressivement au cours de 2011. L’installation devrait être achevée à la fin du premier trimestre de 2012, dit M. Vocelle. Pour installer le système, il faut s’adapter à l’agenda des cabinets. »

Lorsque le système sera en place, le Groupe Ultima travaillera à des améliorations. Il y aura trois versions par an, précise M. Vocelle. Deux groupes d’employés y travaillent déjà. L’un se penche sur l’implantation du logiciel, l’autre contribue à l’avancement du logiciel livré.

Quant au projet de passerelle informatique avec les assureurs, il n’a pas vu le jour. Celui-ci devait faire le lien entre le système informatique Ulti-Gestion et celui de l’assureur pour les nouvelles affaires.
« Les trois quarts des assureurs n’ont pas voulu investir dans le projet, car ils sont en train d’améliorer ou de faire migrer leurs systèmes respectifs. C’est le cas notamment de La Missisquoi et de L’Union Canadienne. Ils n’auraient pas été prêts avant 2014 ou 2015. On ne peut pas attendre jusque là », explique M. Vocelle.

La bannière a remplacé ce projet par un autre : l’intégration du moteur de calcul de Compu-Quote dans Ulti-Gestion. « Il permet aux courtiers d’être autonomes en matière de calculs des primes », poursuit-il. Développé dès janvier 2010, le projet devrait être terminé en 2011 et livré en 2012.

Le Groupe Ultima compte onze actionnaires et trois membres supplémentaires, qui totalisent 125 points de vente. Le recrutement d’actionnaires comme de membres n’est pas un objectif pour la bannière. « Nous n’avons pas de plan de match en la matière. Mais si nous recevons des sollicitations, nous en tenons compte. »

Publicité