MENU

Le propriétaire de Jevco troque son plan d’affaires en IARD pour un « rendement attrayant »

par La rédaction | 22 mai 2012 14h15

Inconnue de l’industrie de l’assurance de dommages, Westaim Corporation y a fait une entrée fracassante en mars 2010 en achetant l’assureur Jevco pour 265 millions de dollars (M$). Cameron MacDonald, son PDG, déclarait par la suite avoir accès à un milliard de dollars pour acheter d’autres joueurs. Le 2 mai 2012, les actionnaires de Westaim ont quitté l’industrie en vendant Jevco, empochant au passage 530 M$, fruit de la vente aux mains d’Intact Corporation financière.

Dans un article paru en octobre 2011, le Journal de l’assurance faisait écho de la stratégie de M. MacDonald en assurance de dommages dévoilée lors du Sommet des institutions financières de Scotia Capital, le 8 septembre 2011.

M. MacDonald a alors dit vouloir une croissance organique et maintenir une souscription rentable. « Nous croyons que nous pouvons être un joueur opportuniste pour acheter un volume d’affaires complémentaire à Jevco. Nous sommes aussi intéressés à réaliser une plus grande acquisition sur une base autonome », a-t-il dit. Au cours des 18 mois précédents, M. MacDonald disait avoir regardé des acquisitions de portefeuilles allant de 50 M$ à un milliard de dollars (G$). L’une d’entre elles était GCAN, mais RSA a finalement raflé la mise. « Nous pouvons aussi aider une compagnie à réaliser son plan d’affaires, tant que ça a du sens pour nos actionnaires. Nous pourrions aussi acheter une compagnie qui joue dans les platebandes de Jevco, mais qui est très rentable », a-t-il dit.

Quant à Jevco, M. MacDonald affirmait qu’elle avait performé selon les attentes de Westaim. « La compagnie a de bons résultats avec un surplus de capital. On y retrouve aussi des partenaires qui s’en tiennent à leur plan d’affaires, contrairement à certaines firmes privées de capitaux qui visent plus des objectifs à court terme. Nous sommes dans une situation unique. Nous pouvons avoir des discussions que les autres ne peuvent avoir », a-t-il dit.

Ratio de solvabilité de 326%

Jevco montrait effectivement un surplus important de capital. Ainsi, les états financiers de Westaim montraient qu’au 31 décembre 2011, Jevco affichait un test de capital minimum de 326 %, en hausse de 5 % par rapport à 2010. Par comparaison, les autorités règlementaires exigent que les assureurs maintiennent un seuil minimal de 150 %.

En aout 2011, Westaim annonçait par communiqué que la Bourse de Toronto avait donné son aval à son programme de rachat d’actions. La décision de Westaim découlait de son insatisfaction à l’égard du cours de l’action en bourse, celui-ci ne reflétant pas, selon elle, la véritable valeur de l’entreprise, compte tenu de ses affaires et de ses perspectives de croissance. 6 455 000 actions ordinaires ont ainsi été rachetées.

Virage à 180 degrés

Huit mois après le Sommet de Scotia Capital, Westaim vend Jevco. Qu’est-ce qui a changé dans l’industrie pour expliquer ce virage? M. MacDonald n’a pas retourné les appels du Journal de l’assurance.
Dans son communiqué du 2 mai dernier, le PDG affime toutefois que la vente à Intact, compte tenu de l’augmentation importante de la valeur de Jevco, génèrera un « rendement attrayant » pour les actionnaires qui ont financé l’achat de Jevco des mains de Kingsway Financial.

Dans les faits, Westaim avait payé à Kingsway approximativement 0,95 % de la valeur comptable de Jevco au 31 décembre 2009, pour la revendre à Intact à environ 1,38 fois la valeur comptable au 31 décembre 2011. Par comparaison, Intact avait acheté AXA Canada à 1,8 fois la valeur comptable au 31 décembre 2010.

Parmi les actionnaires de Westaim qui devront approuver la vente, on trouve entre autres Alberta Investment Management Corporation (un équivalent albertain de la Caisse de dépôt et placement), Goodwood Inc., Goodwood Management Inc., ainsi que des membres du conseil et dirigeants de Westaim et Jevco. Ces actionnaires contrôlent 53,7 % des droits de vote et ont déjà donné leur aval à la transaction.

Outre sa fonction de PDG et d’administrateur de Westaim, Cameron MacDonald est aussi PDG de Goodwood Inc. Il dirige aussi la filiale Goodwood Management, entreprise qui agit à titre de gestionnaire des opérations quotidiennes de Westaim.

Vente de l’entreprise

La vente de Jevco enclenchera d’autre part des compensations pour ses hauts dirigeants, comme l’indique la circulaire d’information produite à l’occasion de l’assemblée annuelle des actionnaires de Westaim, tenue le 16 mai 2011.

Selon le document, si un changement quant au contrôle de l’entreprise survenait au 31 décembre 2011, Cameron MacDonald recevrait environ 5,5 M$ à titre de compensation pour la cessation de son contrat de gestion.

Dans les mêmes circonstances, Serge Lavoie, le PDG de Jevco, recevrait environ 1,7 M$ de compensation en plus de ses avantages sociaux pour une durée de 24 mois.

Publicité