MENU

Les assureurs directs attaquent le marché canadien

par Hubert Roy | 13 septembre 2012 12h56

Depuis deux ans, les assureurs directs affichent une croissance agressive au Canada. Ils s’essoufflent toutefois quelque peu au Québec, démontrent des données de la firme MSA Research, compilées et analysées par le Journal de l’assurance.La croissance de Desjardins groupe d’assurances générales au pays est fulgurante. En 2009, son volume de primes au Canada, Québec compris, était de 1,5 milliard de dollars (G$). En 2010, il était de 1,65 G$. Il a connu une nouvelle croissance de 11 % en 2011, atteignant 1,8 G$.

Et cette croissance n’est pas attribuable au Québec, où elle se trouve limitée à 3,6 %, avec 20 millions de dollars (M$) de primes supplémentaires, de 2010 à 2011, sur un volume total de 1 G$.

Autre forte croissance : celle de Wawanesa. Son volume a augmenté de près de 20 % au Canada, de 2010 à 2011, passant de 2 G$ à 2,4 G$. En 2007, le volume de l’assureur était de 1,5 G$. Il a obtenu près de 1 G$ en volume de primes en moins de cinq ans.

Là encore, la croissance ne s’est pas faite au Québec. Au contraire. Wawanesa a enregistré un recul de 2 % dans la Belle Province, avec un volume qui est passé de 82 M$ à 80 M$.

La même histoire se répète chez AllState. Au Canada, l’assureur a vu son volume de primes passer successivement de 719 M$ en 2009, à 841 M$ en 2010 et 956 M$ en 2011. Pour la dernière année, la croissance est de 13,6 %.

Le Québec n’y est pour rien, car l’assureur y a subi une décroissance de 0,15 %. À noter que le volume de l’assureur, au Québec, est passé de 116 M$ en 2007 à 102 M$ en 2011.

TD Assurance a aussi enregistré une croissance au Canada, mais un recul au Québec. La filiale de la Banque TD possède maintenant un volume de 2,5 G$ au Canada, une croissance de 6,2 % par rapport à 2010. C’est aussi 700 M$ de plus qu’en 2007.

Au Québec, son volume a reculé de 0,5 %. Toutefois, sa filiale TD Habitation et auto a vu ses primes reculer de 5 %, passant de 14,6 M$ en 2010 à 13,9 M$ en 2011. En 2007, cette filiale avait un volume de 18 M$, au Québec. Le volume du siège social demeure tout de même à 212 M$, alors qu’il était de 180 M$ en 2007.

Le phénomène se répète chez une autre banque, soit RBC. Ses diverses filiales en assurance de dommages ont affiché une croissance de 12 % au Canada, avec un volume de 913 M$. En 2007, le volume canadien de RBC en assurance était de 585 M$.

Au Québec, la croissance s’est limitée à 0,7%, pour un volume de primes atteignant 68 M$. La filiale de la banque opère par l’entremise de deux filiales, RBC assurances générales, qui a affiché une croissance de 4,33 %, et RBC Insurance Company of Canada, qui présente une décroissance de 3,4 %.

On retrouve toutefois une exception à cette règle : BélairDirect, où le volume est passé de 300 M$ en 2010 à 278 M$ en 2011, un recul de 7,3 %. Le gros du volume de cette filiale d’Intact Corporation financière se trouve toutefois au Québec. Son volume de primes est passé de 249 M$ dans la Belle Province à 228,5 M$, un recul de 8 %.

Au Groupe Promutuel, la croissance de 2010 à 2011 est limitée à 1,4 % au Québec, avec un volume de primes de 540 M$. Au Groupe Ledor, c’est une décroissance de près de 1 % qui a été enregistrée, les primes demeurant à un peu plus de 68 M$.

Deux assureurs directs se sont démarqués au Québec : Industrielle Alliance Auto et habitation et SSQ Assurances générales, avec des croissances respectives de 43 % et 21,5 %. Leurs volumes atteignent respectivement 222 M$ et 208 M$. Ces deux assureurs ont la particularité d’être fortement actifs dans le nouveau marché de l’assurance de remplacement.

Un autre direct a bien performé au cours de 2011. Il s’agit d’Innovassur, né d’un partenariat entre la Banque Nationale et AXA Assurances. Lorsqu’Intact Corporation financière a acheté AXA, l’assureur a décidé de maintenir le partenariat avec la banque établie au Québec. Innovassur a donc enregistré une croissance de 8,4 %, de 2010 à 2011. Son volume de primes avoisine maintenant les 90 M$. Il s’agit de 15 M$ de plus qu’en 2007.

Quant à La Capitale assurances générales, son volume a connu une croissance de 9,2 %, de 2010 à 2011, au Québec. Son volume comprend toutefois celui de sa filiale à courtage L’Unique assurances générales, qui a aussi connu une croissance de 9,5 %. La Capitale est quand même allée chercher une quarantaine de millions de dollars de volume supplémentaires en 2011, dans ses activités de distribution directe.

Publicité