MENU

Le nombre de coopératives financières recule d’année en année

par Frédérique De Simone | 09 novembre 2020 09h44

Le nombre de coopératives de services financiers au Québec recule d’année en année.

Composé presque exclusivement des caisses membres du Mouvement Desjardins, ce sont 229 coopératives de services financiers qui était en activité au 31 décembre 2019 sur le territoire québécois. En 2011, il y en avait plus de 400, précise l’Autorité des marchés financiers dans son édition de 2019 du Rapport annuel sur les institutions financières.

De ce nombre, 227 constituent le réseau des caisses du Mouvement Desjardins, auxquelles s’ajoutent la Fédération des caisses Desjardins du Québec (FCDQ) et la Caisse des Mutuellistes Épargne et Crédit (Caisse des Mutuellistes.)

Au 1er janvier 2019, une vingtaine de fusions résultante étaient enregistrées entre les mutuelles du mouvement Desjardins, révèle le rapport de l’Autorité.

Solidité financière du Mouvement Desjardins

Dans le chapitre sur les mutuelles et coopératives, l’Autorité mentionne que le ratio des fonds propres totaux du Mouvement Desjardins a connu une hausse importante au 4e trimestre de 2019. Ce dernier atteint 21,6 %, soit le plus haut niveau jamais enregistré. Il s’agit d’une amélioration de 3,5 points de pourcentage par rapport à 2018, principalement attribuable à l’obtention d’un agrément octroyé par l’Autorité, pour permettre l’utilisation de notations internes dans le calcul du risque de crédit pour les classes d’actifs entreprises, banques et emprunteurs souverains.

« L’évolution positive du ratio du total des fonds propres du Mouvement Desjardins renforce sa résilience et sa solidité financière et lui permet de répondre aux exigences minimales prescrites par l’Autorité », écrit le régulateurdans son rapport annuel.

Parts de marchés des prêts

En fin d’année 2019, les prêts accordés par les institutions de dépôts au Québec s’élèvent à 528 milliards de dollars (G$), soit une hausse de 5,8 % par rapport 2018. Les banques à charte en détiennent 65,3 %, pour une somme de 345 G$ comparativement à 34,7 % pour le Mouvement Desjardins, totalisant des prêts de 183 G$. Au cours des cinq dernières années, les prêts octroyés par les banques à charte ont augmenté de 31,2 %, soit une progression plus élevée que celle du Mouvement Desjardins, qui est de 25,3 % au cours de la même période.

Les banques à charte et le Mouvement Desjardins ont des parts de marchés presque équivalentes quant aux prêts hypothécaires et aux prêts hypothécaires résidentiels. Les prêts hypothécaires des banques à charte représentent 158 G$ en 2019, tandis que le portefeuille de prêts hypothécaires du Mouvement Desjardins s’élève à 126 G$.

Au niveau du volume des prêts hypothécaires résidentiels, le Mouvement Desjardins a augmenté sa part de marché de 7,5 % en 2019 par rapport à 2018 Il y possédait à 114 G$ à la fin de 2019. Les banques à chartes ont un pour leur part, un volume de 148 G$ dans ce segment.

Les prêts hypothécaires et les prêts hypothécaires résidentiels représentent respectivement 54 % et 49,6 % des prêts accordés par les institutions de dépôts au Québec, à la fin de l’année 2019, confirme l’Autorité. Avec un total de 284 G$ et de 262 G$, il s’agit d’une augmentation respective de 5,6 % et 4,2 % comparativement à 2018.

Quant aux prêts personnels et aux prêts non hypothécaires destinés aux entreprises, ils sont largement dominés par les banques à charte dans les parts de marché québécoises. Les banques à charte détiennent 86 G$ des prêts personnels octroyés par les institutions de dépôts au Québec. Au total, les institutions de dépôts ont accordé pour un total de 114 G$ en prêts en 2019, soit une augmentation de 2,7 % par rapport à 2018.

Ristournes aux membres et excédents

Le montant des ristournes versées aux membres des coopératives financières a connu une progression de plus de 64 M$ en 2019. Il est de 316,8 M$ en 2019, soit une hausse de 25,3 % par rapport à l’exercice précédent, précise l’Autorité des marchés financiers.

Le secteur « particuliers et entreprises » contribue à la moitié des excédents entre 2015 et 2018. En 2019, le secteur compte pour 72,4 % des excédents avant ristournes aux membres.

Le secteur « gestion de patrimoine et assurance de personnes » enregistre une baisse de près de 10 points de pourcentage, par rapport à l’exercice précédent. Il était en 2018 à 38,4 %, mais en 2019, il retrouve son niveau de contribution observé en 2017, soit de 28 %.

L’apport du secteur de l’assurance dommages demeure sensiblement le même que celui de 2018, soit une contribution de 7,2 % en 2019.

Le rapport annuel de l’Autorité sous la loupe

• 9 novembre : le nombre de coopératives financières recule d’année en année

• 10 novembre : nouveau recul du nombre d’assureurs au Québec PRO

• 11 novembre : le nombre de participants au RVER dévoilé PRO

• 12 novembre : les concessionnaires maintiennent leur domination de la FPQ #5 PRO

• 12 novembre : open banking : les consultations reprennent

Publicité
Sur le même sujet …