MENU

Alain Thériault

Une année où l’innovation l’emporte sur la règlementation

par Alain Thériault | 20 décembre 2019 15h00

Alain Thériault

Photo: Réjean Meloche

Alors que les économistes tentent de prévoir le moment de la prochaine récession, les mauvais souvenirs de 2008 et des batailles autour du projet de loi 141 semblent s’estomper en 2019, au profit de l’innovation en assurance de personnes.

La crise de 2008 et les années de tergiversations autour du projet de loi 141 derrière lui, le secteur de l’assurance de personnes semble déterminé à reprendre son rythme d’innovation. Exigences de capital et hausse des prix forcés par des taux d’intérêt anémiques cèdent le micro aux assurtechs, à la personnalisation des produits et aux promesses de l’intelligence artificielle.

Or, la règlementation n’est jamais bien loin. Déjà, on songe à créer un régulateur mondial des fintechs. Le régulateur québécois n’est pas de reste.

Élan de créativité en collectif

Les dernières années nous avaient déjà habitués à plusieurs initiatives en émission instantanée de produits d’assurance de personnes individuels de plus en plus personnalisés. Cette tendance ne s’essouffle pas.

Or cette année, l’industrie a assisté à un élan de créativité sans précédent en assurance collective, particulièrement en ce qui touche la santé mentale en milieu de travail.

En outre, des pharmacies postales et numériques défraient plus que jamais la manchette, résolues à aider assureurs et preneurs de régimes à juguler le fléau de la non-observance des traitements médicamenteux. Ils sont en mesure de livrer en milieu de travail ou à la maison des médicaments en sachet, avec date de prise.

Cybersécurité oblige

Le rattrapage numérique des assureurs vie entraine son corolaire. Tous ces moyens technologiques rapidement déployés peuvent créer autant de brèches potentielles. Ainsi, la cybersécurité trône désormais au centre des changements numériques.

Mouvement Desjardins, Capital One et d’autres ont payé chèrement pour apprendre que toute technologie a son point de vulnérabilité. HYPERLIEN HUBERT Des assureurs même les plus petits en tirent des leçons et investissent plus que jamais dans leur sécurité informatique.

Car les pirates innovent aussi… et les lois peinent à suivre !

Publicité
Sur le même sujet …