MENU

Le BAC encourage l’assurance automobile privée en Colombie-Britannique

FLASHFINANCE | PRIVILÈGE DE VOTRE NIVEAU PRO
par Justine Montminy | 16 février 2018 11h00

Photo : Freepik

Ouvrir le marché de l’assurance automobile aux assureurs privés permettrait de réduire les couts de la prime moyenne en encourageant la compétition entre assureurs, révèle un rapport commandé par le Bureau d’assurance du Canada (BAC) et préparé par le cabinet de conseil MNP LLP. Le BAC demande alors à la province d’ouvrir son marché aux assureurs privés.

En Colombie-Britannique, l’assurance automobile est entièrement publique. Le monopole du marché est détenu par l’Insurance Corporation of British-Columbia (ICBC). À titre de comparaison, au Québec, l’État couvre uniquement les blessures corporelles via la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

Économie possible pour les conducteurs

« Si on compare avec d’autres territoires, l’intensification de la concurrence sur le marché de l’assurance automobile permettrait aux consommateurs d’avoir accès à des rabais et à des économies qui n’existent pas actuellement en Colombie-Britannique », affirme Susan Mowbray, économiste sénior de MNP LLP.

Le rapport indique que de combiner l’assurance habitation et l’assurance automobile pourrait permettre aux conducteurs d’économiser entre 85 $ et 225 $ par année. Les plans de base pourraient diminuer de 18 $ à 40 $ annuellement et les produits optionnels diminueraient de 24 $ à 60 $ annuellement.

Le rapport ajoute qu’avec l’arrivée de la compétition dans le milieu, les assureurs pourraient offrir aux clients de nouveaux produits. Le document donne comme exemple qu’une prime automobile basée sur différents facteurs de risque, comme l’historique de sinistre et le kilométrage parcouru, permettrait aux bons conducteurs une réduction de leur prime pouvant aller jusqu’à 18 %.

Hausse annoncée par l’ICBC

En novembre dernier, l’ICBC avait annoncé une hausse de 6,4 % des primes de base d’assurance automobile, équivalant à une augmentation moyenne de 130 $ par an. « Les assureurs automobiles canadiens sont prêts à apporter du choix et des économies aux conducteurs de la Colombie-Britannique », conclut le vice-président, Pacifique, du BAC, Aaron Sutherland.

Publicité