MENU

Les catastrophes naturelles ont causé des dommages assurés en mai

par Frédérique De Simone | 11 juin 2020 14h34

Photo : Freepik

Plusieurs régions du globe ont été sévèrement touchées par des tempêtes et des inondations au cours du mois de mai, indique le rapport mensuel sur les catastrophes naturelles d’Aon.

Une dizaine de tempêtes violentes frappent les États-Unis

Au début du mois de mai, une première tempête violente s'est abattue sur le centre et le sud des États-Unis. L’Oklahoma, le Missouri, l’Arkansas et le Tennessee ont été particulièrement touchés par des vents qui avoisinaient les 130 km/h et des grêlons de la taille d’une balle-molle. Les autorités régionales estiment les dommages à 650 millions de dollars (M$ US), dont près de 500 M$ US sont assurés.

Quelques jours plus tard, un second système dépressionnaire entrainé par un derecho, un phénomène météorologique rare extratropical qui se déplace rapidement en produisant de très fortes rafales descendantes, a balayé certaines parties des plaines du Midwest et du Sud-Est des États-Unis. Les vents en ligne droite ont dépassé les 95 km/h et ont fait tomber bon nombre d’arbres sur les maisons, les commerces et les voitures. Les pertes économiques totales sont estimées à plus de 975 M$ US, dont les trois quarts étaient assurés.

La semaine suivante, deux autres tempêtes du genre ont touché les plaines, le sud et le centre-ouest. Puis, entre le 16 et le 30 mai, six tempêtes supplémentaires, dont Bertha, la seconde tempête tropicale nommée cette saison, a frappé ces mêmes régions.

Bertha a atteint la côte de Caroline du Sud où elle a été officiellement nommée, le 27 mai, quelques heures avant de toucher terre à l’est de Charleston, sous forme de tempête. Elle a laissé derrière elle des inondations dans le sud-est de la Floride, état qui a par ailleurs été particulièrement touché par les feux de forêt tout au long du mois de mai.

En combinant les conséquences de Bertha dans les deux états et des incendies en Floride, les pertes économiques totales devraient monter à au moins 250 M$ US.

Tempêtes d’une grande violence en Asie

La Chine a été le pays le plus durement touché au mois de mai. Tempêtes, inondations, tremblement de terre et même une tempête hivernale ont atteint le pays le plus populeux du monde.

Le ministère de la Gestion des urgences de la République populaire de Chine a dénombré 9 événements météorologiques violents, au cours du mois de mai ayant, en tout, entrainé des pertes économiques totales d’au moins 1,1 milliard de dollars américains (G$ US). Au moins 20 personnes ont été tuées ou portées disparues et 26 régions provinciales ont été touchées par les tempêtes. Près de 200 000 maisons et 453 000 hectares de terres cultivées ont été endommagés ou détruits.

En Asie du Sud, le cyclone Amphan s’est mérité le titre de tempête la plus violente du golfe du Bengale depuis 1999, avant de s’affaiblir dans le nord-est de l’Inde, le 20 mai. La tempête a apporté des rafales et des inondations dans certaines parties de l’Inde et du Bangladesh. Au moins 133 personnes ont été tuées, dont la majorité en Inde, puis au Bangladesh et au Sri Lanka. Plus de 1 200 autres personnes ont été blessées. Le gouvernement du Bengale occidental a évalué les pertes économiques totales à 13,5 G$ US pour l’Inde seule. Tandis que les autorités bangladaises ont estimé les coûts des dommages à près de 1,5 G$ US, dont la plupart des dommages ne sont pas assurés. En tout, près de 3 millions de maisons ont été endommagées ou détruites en Inde et au Bangladesh. De vastes étendues d’agriculture ont été gravement endommagées ou emportées.

Aux Philippines, le typhon Vongfong est devenu la première tempête nommée de la saison 2020 des typhons du Pacifique. Le système a touché terre, le 14 mai, dans le groupe d’îles Visayas. Il était alors considéré comme une tempête de catégorie 3. Ses vents ont soufflé à 185 km/h avant qu’il ne poursuive sa route vers Luzon, le 15 mai.

Le Conseil national philippin de réduction et de gestion des risques de catastrophe (NDRRMC) a indiqué qu’au moins 169 personnes avaient été blessées et que près de 50 000 maisons et bâtiments avaient été endommagés ou détruits. Les pertes économiques totales sur les infrastructures et l’agriculture à elles seules ont été provisoirement estimées à 31 M$ US et devraient augmenter.

Inondations

L’Indonésie, la corne africaine et les États-Unis ont été inondés en mai, en raison des fortes pluies.

Les pluies saisonnières ont causé des inondations meurtrières dans certaines parties du Rwanda, entre le 1er et le 7 mai. Au moins 73 personnes ont été tuées à la suite des inondations et des glissements de terrain importants. L’Éthiopie a également connu deux glissements de terrain provoqués par des pluies torrentielles, les 9 et 28 mai. Une vingtaine de personnes sont décédées à la suite de ces événements.

Le centre et l’est des États-Unis ont été inondés, du 16 au 21 mai. Le Michigan et l’Illinois ont enregistré des épisodes records de pluies. Deux barrages sont tombés en panne près de Midland, au Michigan, et ont causé des inondations historiques le long de la rivière Tittabawassee, le 19 mai. Des inondations supplémentaires sont ensuite survenues dans la région métropolitaine de Chicago. Le total des pertes économiques a été estimé à des centaines de millions de dollars américains, mais la plupart des dommages ne seront probablement pas assurés, étant donné la faible couverture du Programme national dassurance contre les inondations (NFIP) dans les zones touchées, indique Aon.

Publicité
Sur le même sujet …
AON