MENU

COVID-19 : 2,5 G$ confiés à Investissement Québec pour l’aide aux entreprises

par Alain Castonguay | 19 mars 2020 17h25

Photo : Freepik

Le gouvernement du Québec intervient lui aussi, comme l’a fait le gouvernement fédéral mercredi 18, pour aider les entreprises à passer au travers de la contraction économique qui découle de la COVID-19. Par l’entremise d’Investissement Québec (IQ), le gouvernement accordera des garanties de prêt pour soutenir les entreprises dont les liquidités sont mises à mal par la chute actuelle de leurs revenus.

Le Premier ministre du Québec, François Legault, était accompagné par ses ministres Pierre Fitzgibbon, titulaire du ministère de l’Économie et de l’Innovation, et Éric Girard, ministre des Finances.

Ce Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE) est offert aux entreprises admissibles, incluant les coopératives, les OSBL et les entreprises d’économie sociale réalisant des activités commerciales. Celles-ci pourront bénéficier d’un appui financier permettant de pallier le manque de liquidités lié à la COVID-19 en raison :

  • d’un problème d’approvisionnement en matières premières ou en produits (biens ou services) ; 
  • d’une impossibilité ou d’une réduction substantielle de la capacité de livrer des produits (biens ou services) ou des marchandises.

Cette nouvelle mesure, incorporée dans le programme ESSOR, s’adresse aux entreprises qui présentent une situation précaire ou qui vivent des difficultés temporaires en raison de la COVID-19. L’aide financière vise à soutenir leur fonds de roulement afin qu’elles puissent poursuivre leurs activités. 

Sauf exception, les entreprises de tous les secteurs d’activité sont admissibles à ce programme. L’aide financière, d’un montant minimal de 50 000 $, est attribuée sous forme de garantie de prêt, mais peut aussi prendre la forme d’un prêt.

Les principales modalités ainsi que la façon de procéder pour obtenir l’aide sont présentées sur le site Web d’IQ. Les entreprises admissibles souhaitant obtenir plus d’informations ou se prévaloir de ce financement peuvent composer le 1 844 474-6367 ou le numéro de téléphone de leur bureau régional, indiqué sur le site Web.

Prêts et garanties de prêt en cours

Pour les entreprises qui ont déjà des prêts consentis par IQ, des mesures d’assouplissement pourront être mises en place. De plus, un moratoire de trois mois a été instauré pour le remboursement (capital et intérêts) des prêts déjà accordés par l’entremise des fonds locaux d’investissement.

Les intérêts accumulés au cours de cette période seront additionnés au solde du prêt. Cette mesure s’ajoute au moratoire déjà en place dans le cadre de la plupart des politiques d’investissement en vigueur dans les MRC, lequel peut atteindre 12 mois.

Lors du point de presse tenu à l’Assemblée nationale, Pierre Fitzgibbon a insisté sur la nécessité d’arrimer les programmes d’aide avec ceux offerts par Ottawa, mais aussi par les institutions financières. « Si une entreprise a une relation commerciale avec une institution financière, la première chose est de communiquer avec elle pour discuter de ses problèmes de liquidités. Les banques ont déjà offert un moratoire sur les paiements et elles sont ouvertes à le faire », dit-il.

Le ministre Fitzgibbon rappelle que les banques sont en excellente santé financière et sont en mesure d’aider les entrepreneurs, ce qui n’était pas le cas lors de la crise de 2008. Il souligne que le propriétaire foncier Ivanhoe Cambridge, le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec, accorde déjà un moratoire aux locataires de ses immeubles.

Éric Girard a également confirmé que Revenu Québec allait arrimer le report du paiement du solde fiscal au 1er septembre, comme l’a fait le gouvernement fédéral dans son annonce faite mercredi. Il a également annoncé que le Québec allait aussi harmoniser la mesure touchant le retrait obligatoire dans le fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). À Ottawa, on a réduit de 25 % le montant du retrait obligatoire et le Québec emboite le pas.

François Legault confirme que l’intention du gouvernement n’est pas de se substituer aux institutions financières. « La crise est temporaire, l’économie est en contraction, mais elle rebondira. D’ici là, il faut aider les gens et les entreprises à passer à travers la crise », dit-il.

Éric Girard refuse de chiffrer l’impact de la COVID-19 sur l’état de l’économie ou le taux de chômage. « La priorité, c’est la santé publique. Quand la pandémie sera terminée, nous ferons les comptes », dit-il.

M. Fitzgibbon reconnait que le programme ne suffira pas à sauver toutes les PME affectées par le ralentissement actuel. « Pour obtenir le prêt ou la garantie de prêt, l’entreprise devra démontrer qu’elle sera rentable une fois passée la pandémie », précise-t-il.

Le gouvernement Legault exhorte les gens à acheter localement pour encourager les commerçants de leur entourage.

Les villes aussi

À Québec, le maire Régis Labeaume a annoncé mercredi que la municipalité accordait un répit de quelques mois aux propriétaires immobiliers pour le paiement de leurs taxes foncières. Le deuxième versement de l’impôt foncier, prévu le 1er mai, est reporté au 1er aout, et les deux autres le seront aussi de deux mois.

À Montréal, la mairesse Valérie Plante a annoncé le report du paiement des impôts fonciers au 2 juillet 2020. Montréal a aussi mis en place une aide d’urgence dans le but d’injecter des liquidités dans les PME les plus vulnérables.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) salue cette annonce faite par Montréal, Québec, Laval, Longueuil et Lévis. La FCEI encourage les autres municipalités à faire preuve de la même souplesse et à éliminer les pénalités et les intérêts sur le paiement tardif des taxes foncières.

À LIRE SUR LE SUJET : 

Publicité
Sur le même sujet …