MENU

La génération Z boude les automobiles

par La rédaction | 13 octobre 2017 11h30

Photo : Rawpixel.com

La voiture a de moins en moins la côte chez les 16-24 ans, selon une étude du Groupement des assureurs automobiles (GAA). Un désamour qui se traduit par une baisse de 14 % des véhicules assurés chez les jeunes hommes de cette tranche d’âge au cours des cinq dernières années.

C’est chez les plus jeunes hommes, soit ceux entre 16 et 20 ans, que la tendance est la plus marquée avec une baisse d’autos assurées de 20 %. Les filles de la même tranche d’âge adoptent sensiblement le même comportement, puisque l’on observe, au cours de la même période, une baisse de l’ordre de 15 %.

Une tendance plutôt masculine

En revanche, tandis que le même scénario se répète à peu de choses près chez les hommes de 21 à 24 ans, avec une chute du nombre de voitures assurées de 10 %, on constate que les femmes du même âge ne leur emboîtent pas le pas. Toujours de 2011 à 2016, on a enregistré une hausse du nombre d’autos assurées de 7 % chez ces dernières.

Cela dit, depuis cinq ans, la tendance générale demeure à la baisse pour les jeunes conducteurs et conductrices de 16 à 24 ans. En tout et pour tout, entre 2011 et 2016 le nombre de voitures assurées est passé de 219 000 à 188 000 pour les hommes, et de 185 000 à 181 000 pour les femmes.

Les aînés plébiscitent l’automobile

« Au total, nous avons assisté à une diminution du nombre d’autos assurées de 14 % pour les hommes et de 2 % pour les femmes. Ces données indiquent clairement que les mentalités changent et que pour les milléniaux, posséder une voiture n’est pas un « must », souligne Anne Morin, responsable des affaires publiques au Groupement des assureurs automobiles.

Alors que l’automobile perd du terrain chez les plus jeunes, les aînés, pour leur part, l’utilisent de plus en plus... et de plus en plus longtemps.

En effet, c’est dans la tranche d’âge des 75 ans et plus, les hausses de véhicules assurés ont été les plutôt importantes. Entre 2011 et 2016, la croissance s’est chiffrée à 26 % chez les hommes et à 36 % chez les femmes. Pour les 65-74 ans, on parle d’une hausse de 28 % et de 37 % respectivement chez les hommes et les femmes, au cours de la même période. 

Publicité