MENU

Les milléniaux rencontrent des obstacles à l’investissement, selon l’OSC

par La rédaction | 16 juillet 2018 11h30

Une étude de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (OSC) révèle que les milléniaux Ontariens font face à des obstacles significatifs à l’investissement. L’étude note également les façons avec lesquelles les parties prenantes de l’industrie peuvent développer et raffiner les produits, programmes et services afin de répondre aux besoins des jeunes.

« Nos résultats indiquent que les milléniaux de l’Ontario se sentent accablés par l’investissement et ne savent pas où commencer, explique Tyler Fleming, directeur du bureau des investisseurs de l’OSC. Nous espérons que le rapport facilitera le développement de produits et services qui correspondent aux besoins des jeunes investisseurs et qui favorise l’innovation et l’efficacité sur les marchés financiers. »

Submergés par les différentes options

L’OSC affirme que son étude démontre que « plusieurs des milléniaux sont à un stade de vie où il est difficile d’imaginer son avenir, se comparent souvent à leurs pairs et sont submergés par les nombreuses options pour savoir où commencer et n’ont pas suffisamment d’occasions de pratiquer leurs habiletés en investissement ».

L’étude identifier six principes clés que les parties prenantes pourraient considérer pour accrocher les milléniaux, incluant les aider à trouver leur motivation unique pour investir, offrir des étapes personnalisées et atteignables qui leur permet de débuter plus facilement et démontrer une vision claire des conséquences futures de leurs décisions. L’OSC suggère également de présenter des comparaisons sociales pertinentes qui font état de ce que les autres font, de créer des occasions pour des expériences à faible risque pour bâtir la confiance et de gagner la confiance des milléniaux en plaçant leurs besoins d’abord.

Menée par le Upside Consulting Group en collaboration avec l’OSC, les résultats de l’étude sont basés sur près de 30 heures d’entretiens avec des milléniaux ontariens âgés de 18 et 36 ans, ainsi qu’une revue de la littérature en sciences du comportement et des canaux d’investissement existants disponibles pour la génération Y.

Publicité
Sur le même sujet …