MENU

Se servir du Web pour servir les irréductibles et concurrencer les banques

par Alain Thériault | 05 juillet 2017 07h00

Christian Laroche | Photo : Réjean Meloche

Pour Christian Laroche, président d’Aurrea Signature, la vision qu’a Karma Assurance permettra à cette jeune pousse de concurrencer les banques et les grandes institutions financières, tout en demeurant une plateforme indépendante qui permet d’acheter un produit directement en ligne.

Le rôle du conseiller est très important, souligne-t-il. Il est tout aussi important que le réseau indépendant soit présent sur toutes les plateformes possibles, ajoute M. Laroche, y compris la vente directe en ligne.

« Il y aura toujours des gens qui ne veulent pas rencontrer un conseiller. Ils sont peut-être 10 %, soutient M. Laroche. Les recherches de LIMRA démontrent aussi que 31 % des Canadiens n’ont pas d’assurance et chez les babyboumeurs, cette proportion atteint 37 %. Parmi eux, il y a sûrement des gens qui hésitent parce qu’ils ne sont pas à l’aise de faire la transaction avec un conseiller. »

Lorsqu’Isabelle Bouchard et Martin Bailey ont entrepris leur tournée des agents généraux, Aurrea Signature n’était pas sur leur radar. Mais les trois autres agents généraux qu’ils ont rencontrés auparavant se sont montrés réticents envers leur modèle, se rappelle M. Bailey. Il dit avoir essuyé des réponses comme : vous allez concurrencer mon réseau ; voulez-vous concurrencer Lifeguide ?

Puis, les deux jeunes associés ont appris l’existence d’Aurrea dans un article du Journal de l’assurance publié sur les réseaux sociaux en octobre 2016. Ils ont pris contact avec M. Laroche et ont reçu un tout autre accueil.

Christian Laroche a d’ailleurs réfuté les arguments de ses prédécesseurs. « Karma Assurance ne concurrencera pas le réseau indépendant. Il le complètera en allant chercher les irréductibles du Web. Si ceux-ci achètent un produit en direct, ne serait-ce qu’une assurance hypothécaire, peut-être voudront-ils passer par le réseau de courtage traditionnel pour un produit plus complexe », dit M. Laroche.

Ce dernier dit ne point douter du succès de leur entreprise. « Je n’ai aucune inquiétude sur le volume que Karma Assurance est en mesure de générer. Les gens cherchent sur le Web pour n’importe quel produit. Les milléniaux achètent tout sur le Web et l’assurance va y passer. Cela peut générer une expansion assez agressive, car il n’y a pas de plateforme comparable chez les indépendants. Karma Assurance n’est pas comme un assureur qui décidera de vendre direct. C’est un cabinet indépendant », a-t-il insisté.

Les deux fondateurs de Karma Assurance ne craignent pas non plus pour son avenir. « Nous comblons un manque chez les milléniaux, les Y et les X qui n’ont jamais été approchés par un conseiller qui ne sollicitera souvent pas la classe moyenne ou les jeunes. Karma sera outillé pour le faire », dit Mme Bouchard.

Publicité