MENU

Virage Coaching mise sur la psychométrie pour marier la bonne adjointe au bon conseiller

par Alain Thériault | 21 novembre 2016 07h00

Nadine Marcon

Trouver une bonne adjointe est toujours un défi pour un conseiller financier. C’est pourquoi Virage Coaching mise sur des tests poussés pour assurer le succès de ce mariage.

Le cabinet du futur, mentor de plusieurs conseillers, se doit d’avoir des super adjointes. Qui sont-elles ? Quel est leur profil ? Ont-elles la même philosophie que leur patron ? Pour aider ses clients à répondre avant qu’il ne soit trop tard, Virage Coaching propose un test psychométrique d’Atman, créé sur le modèle de la Super Adjointe Administrative pour Conseillers Financiers.

Créé il y a plus de 20 ans par une firme de psychologues industriels de Montréal, l’algorithme Atman permet de comparer à une norme les résultats d’un candidat soumis à son test. Virage Coaching a utilisé cet algorithme pour concevoir une norme sur mesure pour les cabinets et leurs adjointes administratives.

La firme de coaching fondée par le conseiller Sylvain De Champlain, président du cabinet De Champlain services financiers, a ainsi créé ce qu’elle appelle le modèle de la super adjointe. « Le modèle a été créé à partir des résultats de 15 adjointes de conseiller financier qui sont considérées comme parmi les meilleures dans leur domaine », a dit en entrevue au Journal de l’assurance Nadine Marcon, formatrice de Virage Coaching. Ce modèle propose une série d’échelles dont chacune représente un continuum entre deux attitudes ou dispositions.

Des qualités hors du commun

La super adjointe sera plus pratique que conceptuelle dans sa structure de pensée. Elle sera plus axée sur l’organisation que la spontanéité. Ses motivations sont davantage centrées sur l’équipe et la sécurité, plutôt que les résultats et les défis. Elle exprime son leadeurship par un dosage équilibré entre conciliation et affirmation. Plus introvertie, elle sera toutefois dotée d’une résistance à la pression qui se caractérise par une attitude plus détendue qu’anxieuse, plus tolérante que prompte, à la fois sensible et endurante.

Dans une présentation de ce modèle à ses clients, Virage Coaching a partagé des statistiques de son distributeur Rogil Développement organisationnel. Elles révèlent entre autres que CAA Québec a réussi à diminuer son taux de roulement du personnel de 27 % en un an grâce à un test Atman dont la norme était adaptée à ses besoins. Dans les catégories d’emploi liées à l’administration, les tests révèlent que le cout du taux de roulement représente de 50 % à 80 % du salaire annuel dévolu au poste. Le recours au test assorti d’une norme spécifique au poste augmente à 75 % les chances de succès d’une embauche, ce qui en réduit les frais, ajoute la firme de coaching. En comparaison, le succès ne dépasse pas 14 % pour les entrevues seulement, et 28 % pour les références.

Aller au-delà des apparences

Virage Coaching explique le succès du test par le fait qu’il permet à l’employeur de sonder les aspects innés de la personnalité. Il permet de découvrir des aspects qui sont souvent difficiles à découvrir en entrevue : attitude, valeur, traits de personnalités, intérêts et motivation.

La formatrice agréée qui a œuvré dans le secteur de la vente pendant plusieurs années souligne que le test ne remplace pas l’entrevue. Il la complète.

« Le test sonde ce que la personne est vraiment et non seulement ce qu’elle laisse paraitre. Il permet de révéler la nature de la personne et de déterminer si elle sera heureuse dans le poste qu’elle convoite, ce qui diminuera les risques de démission, de mise à pied ou d’épuisement professionnel par exemple. Autrement, la personne sera susceptible de vivre un changement de poste, un épuisement professionnel, voire un départ. »

Passer le test, et obtenir l’interprétation verbale du rapport qui en résulte coute 250 $. Mme Marcon précise que le test permet avant tout à un cabinet d’optimiser l’embauche de personnel. Or, il est aussi possible d’évaluer la compatibilité des personnalités, par exemple entre le conseiller et son adjointe, et d’évaluer le style de gestion et de vente du conseiller. Il s’agit du test de complémentarité.

« Si le patron passe aussi le test, nous pouvons générer un rapport de complémentarité entre lui et sa future adjointe. Le test révélera la dynamique de travail entre les deux, c’est-à-dire, leurs forces en tant que tandem ainsi que les défis possibles. En passant aussi le test, le patron pourra recevoir un rapport sur son style de direction et de développement des affaires. Le propriétaire du cabinet peut ainsi mieux se connaitre et éviter les conflits avec son adjointe. Par exemple, le conseiller qui serait plus conceptuel pourrait avoir une vision générale des choses, alors que la vision de l’adjointe fait plus dans le détail et le pratico-pratique. Elle aurait alors besoin de directives claires et ordonnées. Le conseiller pourra y faire attention et l’adjointe lui poser les bonnes questions », illustre Mme Marcon.

La compatibilité s’évalue à partir du test At-Match, qui se fait en parallèle par le conseiller et par l’adjointe. Il coute 100 $ si les deux partenaires « font le match », précise Mme Marcon. « J’interprète le rapport de complémentarité pour eux. Le système révèle aux individus les efforts qu’ils devront faire pour travailler ensemble de façon harmonieuse. Cela permet d’apprendre à se connaitre et d’éviter les conflits potentiels. Par exemple, le conseiller verra souvent grand et de manière générale, alors que l’adjointe verra plus aux détails. Elle aura besoin de directives claires et ordonnées. »

Mme Marcon révèle également avoir utilisé le test Atman à plusieurs reprises auprès de conseillers. « Ils nous ont donné d’excellents commentaires. Certains ont même fait passer le test à leurs adjointes actuelles afin de mieux les connaitre et les comprendre, de mieux communiquer avec elles et de connaitre ce qui les motive afin de maximiser leur bonheur au travail et la synergie d’équipe », a-t-elle ajouté.

Publicité