MENU

COVID-19 : le BAC estime à 600 M$ les économies des assurés

par Hubert Roy | 09 avril 2020 10h39

Photo: Freepik

Le Bureau d’assurance du Canada (BAC) chiffre à 600 millions de dollars (M$) les économies que réaliseront les assurés canadiens au cours des 90 prochains jours. Pour le Québec seulement, cette économie est chiffrée à 95 M$.

Le BAC établit ce montant à partir des mesures d’aide qu’ont mis en place les assureurs de dommages à la suite de l’éclosion de la pandémie de la COVID-19.

Cette prise de position du BAC survient après celle du président de GPL Assurance, Louis-Thomas Labbé, qui demandait un gel des primes en 2020. À la suite de cette dernière, le BAC-Québec avait demandé aux assurés de joindre leur assureur si jamais la pandémie leur posait des problèmes financiers.

Divers assureurs de dommages ont notamment annoncé offrir une réduction de primes à leurs assurés en automobile. Parmi ceux qui en ont fait l'annonce, on retrouve le Mouvement Desjardins, La Capitale assurances générales, L’Unique assurances généralesAllstate CanadaPromutuel Assurance ou encore SSQ AssuranceAviva Canada est aussi l'un des assureurs à avoir pris une telle mesure. L'assureur en chiffre le cout à 100 M$.

Réductions valides 90 jours

Le BAC indique que les mesures prises par ses membres de réduire les primes d’assurance automobile qui tiennent compte de ce risque réduit des consommateurs seront valides pendant les 90 prochains jours. Le BAC rappelle aussi que les assureurs sont venus en aide aux Canadiens et aux entreprises les plus durement touchés en acceptant leurs demandes de report de paiement des primes.

Des milliers de Canadiens ont ainsi bénéficié d’un report de paiement de primes, affirme Don Forgeron, président et chef de la direction du BAC. « Nous traversons une période extrêmement difficile et incertaine pour bon nombre de Canadiens et les assureurs veulent alléger une part du fardeau financier des personnes les plus vulnérables. Les assureurs savent que de nombreux conducteurs n’utilisent plus leur voiture aussi souvent, entre autres pour les trajets domicile-travail, ce qui pourrait se traduire par des économies », a-t-il commenté.

Le BAC reprend aussi la recommandation de sa division québécoise. Les clients d’assurance dont les habitudes de conduite ont grandement changé ou qui éprouvent des difficultés financières en raison de la pandémie devraient contacter leur représentant d’assurance, indique le lobby d’assureurs de dommages.

« En ce qui a trait aux économies relatives aux primes d’assurance automobile, elles dépendront des habitudes de conduite de chacun. Puisque les employés de nombreux assureurs travaillent à domicile en ce moment, les assureurs demandent à leurs clients d’être patients, car la prestation de service peut être mise à rude épreuve », a indiqué M. Forgeron.

Particularités québécoises

En fin de journée mercredi 8, le BAC-Québec a diffusé une lettre à l’intention des partenaires et intervenants de l’industrie de l’assurance de dommages. La missive est signée par sa vice-présidente et directrice générale Johanne Lamanque.

Elle y indique que l’appel des consommateurs, des entreprises et des gouvernements a été entendu par les assureurs. Mme Lamanque ajoute aussi que les assureurs de dommages ont trouvé « des moyens originaux, collectivement et individuellement, pour rendre la vie des ménages et des entreprises moins difficile ».

Autres mesures

Le BAC a aussi détaillé d’autres mesures qui seront valides pour les 90 prochains jours :

  • Explorer des options de paiement souples pour les consommateurs dont la situation est vulnérable ou qui éprouvent des difficultés financières en raison de la COVID-19 ;
  • renoncer aux frais pour insuffisance de fonds qu’ils auraient imposés si des gens n’avaient pas suffisamment de fonds pour payer leurs primes; bien qu’ils restent responsables des frais que la banque peut leur imposer ;
  • si des automobilistes utilisent temporairement leur voiture ou leur résidence à des fins différentes. Par exemple, s’ils utilisent leur voiture pour se rendre au travail au lieu de prendre les transports en commun ou s’ils travaillent à domicile, cela n’aura aucune incidence sur leur prime ni sur leur capacité de présenter une réclamation.

« Les assureurs collaborent également avec les petites entreprises et les clients commerciaux pour les aider à gérer leurs coûts. Les assureurs soutiennent les collectivités du pays et certains ont fait des dons importants pour aider ceux qui sont les plus touchés », a complété M. Forgeron.

Au Québec, Mme Lamanque a indiqué dans sa lettre que les membres du BAC-Québec annuleront les frais de retard de paiement. De plus, individuellement, des assureurs ont mis en œuvre d’autres mesures, dit-elle, dont :

  • Prolonger les couvertures d’assurance ;
  • suspendre les résiliations de police pour non-paiement des primes ;
  • offrir des ajustements de prime aux entreprises qui ont été gravement touchées par la pandémie ;
  • revoir les options pour les échéances de polices et les paiements de prime en collaboration avec les courtiers.

À LIRE SUR LE SUJET DE LA COVID-19 :

Publicité
Sur le même sujet …