MENU

COVID-19 et santé mentale : les gouvernements du Canada et du Québec s’activent

par Aurélia Morvan | 16 avril 2020 10h00

Photo: Freepik

Alors que la COVID-19 met à l’épreuve les corps et les esprits des Canadiens, le gouvernement du Canada a annoncé le 15 avril le lancement de sa plateforme Espace mieux-être Canada.

Sous la forme d’un site web et d’une application, cette plateforme a pour mission d’offrir gratuitement des « des renseignements fiables » et d’aider les Canadiens à « remédier à divers problèmes de santé mentale et de consommation de substances », dit Santé Canada.

Soins par paliers

Sur le modèle de soins par paliers, la plateforme offre des outils d'autoévaluation, des ressources éducatives, des cours en ligne et un accès à une thérapie cognitivo-comportementale virtuelle. Elle permet également aux Canadiens de discuter par téléphone, par message texte ou par clavardage « en toute confidentialité » avec des intervenants bénévoles formés en soutien, des travailleurs sociaux, des psychologues et d'autres professionnels qualifiés.

« La COVID-19 a entraîné une crise de santé publique et de santé mentale. » - Katherine Hay, présidente et directrice générale de Jeunesse, J’écoute.

Propulsée par la healthtech Greenspace Health, la plateforme a été créée en collaboration avec les organismes spécialisés dans le soutien en ligne Stepped Care SolutionsHomewood Santé et Jeunesse, J’écoute. Dans un communiqué, ce dernier indique que « cette initiative est la première et seule plateforme en ligne de ce type à offrir, en anglais et en français, une aide immédiate en matière de santé mentale et de dépendance à des substances à tous les Canadiens de toutes les provinces et de tous les territoires ».

Medavie parmi les partenaires

Le gouvernement a reçu le soutien de différents partenaires dont la Commission de la santé mentale du Canada, la Société canadienne de psychologie, Bell Cause pour la cause, mais aussi Medavie, organisation sans but lucratif offrant des solutions de santé et chapeautant l'assureur Croix Bleue Medavie.  

Dans un communiqué daté du 16 avril, Medavie a indiqué que, par l'entremise de sa fondation, elle avait investi cinq millions de dollars pour soutenir les besoins des Canadiens pendant la pandémie. « Ce financement appuiera plus particulièrement des projets conçus pour lutter contre l'insécurité alimentaire, favoriser la santé mentale des adolescents et traiter l'anxiété et le stress post-traumatique lié à la COVID-19 chez les premiers répondants », dit-t-elle.

Au Portail de l'assurance, Santé Canada indique toutefois que « la Fondation Medavie pour la santé s’est engagée à promouvoir l’Espace mieux-être Canada par le biais de ses canaux médiatiques », mais qu'elle « n’a pas engagé de fonds pour soutenir le programme ».

Lancée comme de nombreuses compagnies d'assurance sur la voie de la télémédecine, Croix Bleue Medavie a déployé en octobre 2019 Connexion santé, une plateforme numérique dédiée aux soins de santé en ligne, en partenariat avec le fournisseur de soins de santé virtuels Maple.

COVID-19, une « crise de santé mentale »

Le lancement du portail gouvernemental intervient alors que l’anxiété des Canadiens crève le plafond.

« La COVID-19 a entraîné une crise de santé publique et de santé mentale. Depuis la mi-mars, Jeunesse, J'écoute reçoit près de 400 % plus d'appels et de textos liés à la COVID-19, ce qui dénote l'ampleur et la portée des répercussions de la crise sur la santé mentale des jeunes au Canada », dit d'ailleurs Katherine Hay, présidente et directrice générale de Jeunesse, J’écoute, dans le communiqué de l'organisme.

Depuis que la pandémie de COVID-19 frappe le Canada, assureurs, fournisseurs de solutions de télémédecine et gouvernements s’attèlent à apporter une réponse aux enjeux de santé que celle-ci entraine.

Québec toujours au travail

Au Québec, le 31 mars, la ministre de la Santé Danielle McCann avait annoncé que le gouvernement provincial entendait « développer des plateformes de téléconsultation pour la santé mentale », sans en dire plus.

Interrogé à ce sujet, le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a indiqué au Portail de l’assurance le 12 avril que « les psychiatres peuvent avoir accès à une plateforme REACT pour faire de la téléconsultation avec la clientèle » et que les autres professionnels « peuvent avoir recours à d’autres plateformes comme TEAM et Zoom ». Il indique toutefois que « la consultation téléphonique est utilisée prioritairement », à l’heure actuelle.

À la question de savoir si le gouvernement du Québec envisage de s'allier à des fournisseurs externes de solutions de santé mentale connectées pour offrir une aide en ligne aux Québecois, comme l’a fait le Manitoba en s’alliant avec Morneau Shepell, le MSSS répond qu’il « est en train d’explorer, avec la direction générale des technologies de l’information, des plateformes existantes dont le contenu a été validé scientifiquement ».

Il précise que « certains établissements du réseau ont développé des outils intéressant » et que le MSSS est en train d’analyser s’il est envisageable « de pouvoir généraliser l’utilisation [de ces outils] par le réseau ».

À LIRE SUR LE SUJET DE LA COVID-19 :

Publicité
Sur le même sujet …