MENU

De nombreuses formules existent pour couvrir le risque de soins de longue durée

par Alain Castonguay | 23 novembre 2015 07h00

Guy Couture

Guy Couture, vice-président régional aux ventes en assurance à la Financière Manuvie, énumère les différentes des formules qui permettent de développer le marché de l’assurance soins de longue durée.

Typiquement, la protection est offerte sous la forme de remboursement des dépenses, ou elle est versée dans la prestation de revenus à l’assuré. Une combinaison des deux formules est possible. Par exemple, un assureur bancaire offre une formule de remboursement de dépenses, sur une base hebdomadaire ou mensuelle, sur présentation de factures. Le délai de carence est de 90 ou 180 jours. Le produit est offert en transformant d’autres produits déjà achetés par le client.

Un autre assureur offre un produit où l’on verse une rente hebdomadaire. Le même assureur offre une tarification plus légère, mais la prime doit être payée pendant au moins 10 ans. La prestation est payable après la retraite, et il y a un délai de carence de 12 à 24 mois.

Chez Manuvie, on propose le montant forfaitaire, qui peut être versé à raison de 1 % par mois, si l’assuré réside en institution, ou de 0,5 % par mois si la personne demeure chez elle. Le capital assuré est de 200 000 $ à 1 million $.

Il existe aussi un produit qui couvre les deux personnes du couple, avec un capital assuré plus élevé. Pour un montant forfaitaire de 400 000 $, dans l’exemple cité où l’homme a 65 ans et la femme, 58 ans, la prime mensuelle est d’environ 723 $. Le montant forfaitaire est utilisable par les deux membres du couple jusqu’à leur décès.

Des avenants sont disponibles, comme le retour de primes au décès si l’assurance a été payée par une autre personne que l’assuré, ou encore l’indexation en fonction de l’inflation.

Manuvie offre aussi de transformer la protection contre les maladies graves en assurance soins de longue durée, comme on le fait en transformant une assurance salaire en assurance invalidité. Il n’y a pas de révision de la prime aux cinq ans. Un autre assureur offre un avenant à la police d’assurance vie, avec le versement d’une rente de 1 % du montant d’assurance vie, avec un maximum mensuel de 2 500 $ et 25 % du capital assuré. Au décès, le montant versé est réduit des sommes versées pour couvrir les soins de longue durée.

Publicité
Sur le même sujet …